Mobilité à Bruxelles: un poisson d’avril pour faire réfléchir

30/03/2017
pietonnier

Par Fred Wauters

A l’occasion du premier avril, Touring a décidé de lancer une fausse nouvelle sur la toile: la prétendue création d’un piétonnier rue de la Loi. Au-delà du sourire, cette opération visait aussi à susciter la réflexion…

Transformer la rue de la Loi en piétonnier géant. L’idée peut sembler absurde au premier abord. Mais elle en a fait réagir plus d’un, et pour cause: la mobilité est devenue un sujet épineux à Bruxelles. L’objectif de Touring était donc bien plus que de faire sourire. Nous voulions mettre le doigt sur un problème qui touche le quotidien des Bruxellois et des navetteurs qui travaillent dans la capitale: la gestion de la mobilité.

 

Vers une mobilité durable et multimodale

Nos récentes prises de position sur la mobilité en attestent: Touring souhaite participer activement à la recherche d’une solution globale pour la mobilité dans la capitale. À notre sens, cette solution ne peut être QUE multimodale.

Tout d’abord, parce que la multimodalité entre de plus en plus dans les habitudes. Beaucoup de navetteurs prennent par exemple leur voiture jusqu’à la gare avant de poursuivre leur trajet en train, puis en métro ou en Villo. Quant aux Bruxellois, ils sont aussi de plus en plus nombreux à choisir les transports en commun ou à tester des solutions de mobilité différentes centrées sur les initiatives qui fleurissent dans la capitale: Villo, Cambio, Zipcar, DriveNow, Ubeeqo, etc.  Par ailleurs, la généralisation des vélos à assistance électrique et la multiplication des pistes cyclables rendent aujourd’hui le vélo de plus en plus populaire.

 

Ensuite, parce qu’une solution réaliste à la mobilité dans la ville doit tenir compte du profil et des habitudes de tous les utilisateurs. Plus les autorités et le secteur privé multiplieront les alternatives, plus les navetteurs et les Bruxellois parviendront à organiser leurs parcours en fonction de leurs intérêts.

Enfin, parce que la question de la pollution urbaine, en particulier celle des particules fines, dépasse largement le cadre de la simple mobilité. Résorber les embouteillages n’est pas qu’une question de mobilité: c’est aussi un enjeu de santé publique.

 

Appel à l’action

Notre poisson d’avril est donc aussi et avant tout un appel à créer des alternatives sur le terrain. Nous devons aujourd’hui dépasser la phase des discussions et lancer des actions concrètes. De nombreuses organisations militent aujourd’hui pour une meilleure mobilité à Bruxelles, et les entreprises bruxelloises cherchent elles aussi une solution. D’autres entreprises se créent ou s’installent dans notre capitale pour proposer de nouveaux modes de déplacement. Quant aux autorités, elles professent également leur volonté de développer de nouvelles alternatives et d’étoffer l’offre de transports en commun. Le dialogue est engagé depuis longtemps, et nous le poursuivons dans l’espoir d’accélérer les décisions et de voir des actions concrètes prendre forme. Plus que jamais, Touring est persuadé qu’une politique de mobilité multimodale ambitieuse doit se baser sur la réalisation des alternatives sur le terrain. Nous espérons que cette demande sera entendue.

Articles similaires