Carrefours bloqués 6 fois sur 10 par des conducteurs impatients

Mardi, 3 Mai, 2016

Dans les villes, aux heures de pointe, les carrefours fréquentés sont en moyenne bloqués dans les trois quarts des cas par des conducteurs impatients.
Ce qui signifie que 6 fois sur 10 où le feu est vert en direction transversale, le carrefour ne peut être franchi car des chauffeurs bloquent la direction principale.

 

C’est ce qui ressort d’une enquête de terrain de l’organisation de mobilité Touring. “Le chauffeur impatient passe encore rapidement au vert et se retrouve bloqué dans la file au milieu du carrefour lorsque le feu passe au rouge”
Selon Touring, cela irrite non seulement les automobilistes qui se trouvent en direction transversale et pour qui le feu passe entretemps au vert, mais c’est aussi un comportement qui engendre davantage de congestion et de pollution.

 

L’enquête a été réalisée dans le courant du mois de février à 15 carrefours fréquentés d’ Anvers, Bruxelles, Gand, Charleroi et Namur. Pour chacun d’entre eux, on a compté durant un quart d’heure à combien de reprises le carrefour a été bloqué par les conducteurs, en tenant compte du nombre de phases des feux de circulation ( le nombre de fois où le feu est passé au vert et au rouge dans la direction principale) Les résultats sont édifiants.

 

  • 1 carrefour bloqué 10 fois ( donc en permanence)
  • 1 carrefour  9 fois
  • 3 carrefours 8 fois
  • 2 carrefours 7 fois
  • 4 carrefours 6 fois
  • 3 carrefours 4 fois
  • 1 carrefour 3 fois

 

Selon Touring, un rapide calcul nous apprend que lorsque les circonstances “le permettent” un carrefour, est bloqué 6 fois sur 10 à cause des automobilistes.

 

Le code de la route est pourtant clair: l’article 14.2 stipule que “même si des signaux lumineux de circulation l'y autorisent, un conducteur ne peut s'engager dans un carrefour si l'encombrement de la circulation est tel qu'il serait vraisemblablement immobilisé dans le carrefour, gênant ou empêchant ainsi la circulation dans les directions transversales"

 

Selon Touring, la cause d’un tel comportement égoïste provient de situations frustrantes vécues par des automobilistes aux heures de pointe: un trafic ralenti par des bandes de bus inappropriées, des manifestations et des travaux routiers injustifiés aux heures de pointe ou encore des feux de circulation mal synchronisés.
Mais, conclut Touring, cela ne donne  bien évidemment à personne le droit de gêner les autres automobilistes.

 

Touring invite les automobilistes à davantage de courtoisie et de prévoyance, en ne se mettant pas dans une file qui est déjà bloquée par un prochain feu rouge.
“ En soi, il n’est pas interdit de s’engager dans un carrefour, même si l’on sait que l’on y sera arrêté. C’est par exemple le cas si vous devez tourner à gauche et qu’il vous faut faire passer la circulation venant en sens inverse qui a priorité.
Dans ce cas, vous ne pouvez pas prévoir qu’il y aura entrave à la circulation, dit encore l’organisation."


Une bonne solution, selon Touring, serait l’ajout d’un quadrillage jaune peint sur la totalité du carrefour, couplé avec un panneau de signalisation à hauteur des feux.

Partagez ce contenu

Contact Presse
Lorenzo STEFANI

Tel: 

+32 2 233 26 06

Mob: 

+32 471 592 378

lorenzo.stefani@touring.be

Rue de la Loi 44
1040 Bruxelles
Belgium

Suivez-nous sur :