Les émotions multiplient par 10 le risque d’accident de voiture

Vendredi, 22 Avril, 2016

Cela a déjà fait l’objet de nombreuses spéculations, sans toutefois apporter de données objectives, mais maintenant nous avons pu établir le lien entre les émotions au volant et le risque d’accidents. 
 

C’est ce que conclut Touring, l’organisation de la mobilité, suite aux résultats de l’étude réalisée par l’institut Routier de Virginie*.  “Les résultats sont surprenants et alarmants. La colère ou la tristesse au volant augmente de 10x le risque d’accident, alors que la fatigue l’augmente de 3x et le fait de téléphoner sans main-libre double ce risque ». 
 

La gestion des  émotions devrait nt être faire partie des formation à la conduite, la frustration engendree par les infrastrucutres également, ainsi que celle du trafic et la répression des comportements agressifs , dit Touring.


Emotion
 

“Pour cette étude, 3.500 conducteurs ont été suivis, au moyen de caméras embarquées à bord de leur véhicule, afin d’ évaluer leur comportement au volant.  Durant cette phase de test, les participants ont été confrontés à 900 accidents. 
Les données comportementales ont ensuite été  comparées avec les données de l’accident”. Touring demande plus d’enquêtes détaillées lors d’accidents afin de définir les réelles causes des accidents. Afin d’établir des conclusions réelles et prendre les bonnes mesures à implémenter afin de diminuer le nombre de tués chaque année sur nos routes !
 

Nous voyons indéniablement un lien, entre les émotions du conducteur et ses réactions , entre le risque d’accident dit Touring qui a étudié ces résultats. “Un état émotionnel sain est  important dans la prévention  des accidents.  Les émotions négatives, telles que la colère, la tristesse sont apparemment encore plus risquées que l’envoi d’un SMS ou utiliser son lecteur CD.  Les deux éléments qui augmentent encore plus le risque d’accidents que les sentiments négatifs sont respectivement la drogue et l’abus d’alcool (x35) et la composition d’un numéro de téléphone (x12). 


L’envoi d’un message multiplie le risque d’un facteur 6 et téléphoner sans main-libre d’un facteur 4”**.  Les résultats du test souligne, selon Touring,  que ce ne sont pas seulement les émotions négatives qui sont néfastes mais également la distraction au volant. “Quelques secondes d’inattention pour atteindre son GSM ou pour encoder son GPS peuvent conduire à un accident qui vous change la vie à jamais. »
 

Tabel
 

Maintenant que le lien est clairement établi avec les émotions, nous devons y faire face, dit Touring.  C’est pourquoi nous proposons :

  • que les auto écoles prêtent une plus grande attention à la prévention des émotions négatives au volant et à la gestion des agressions,
  • que les autorités communiquent mieux sur comment éviter les mauvaises émotions : pourquoi faut-il tout à coup rouler à 50 au lieu de 70.  Les avantages des nouvelles règles doivent être plus claires.
  • que les infrastructures de transport soient crédibles et ne soient pas considérées comme une mesure négative qui provoque l’incompréhension, la colère et l’agressivité. Il suffit de penser aux feux de signalisation intelligents. 
  • qu’un travail d’analyse détaillé d’accident soit réalisé.  “Une enquête réalisée par nos collègues anglais a, par exemple, démontré que 88 décès sur la route sur un an étaient dû à la distraction dont 17 à cause  d’ appels sans main-libre.  Chez nous ce genre d’analyse n’existe toujours pas.”.
     

Touring demande plus d’enquêtes détaillées lors d’accidents afin de définir les réelles causes des accidents. Ceci afin d’établir les conclusions réelles et prendre les bonnes mesures à implémenter afin de diminuer le nombre de tués chaque année sur nos routes.

 

* PNAS
* Telegraph

Partagez ce contenu

Contact Presse
Lorenzo STEFANI

Tel: 

+32 2 233 26 06

Mob: 

+32 471 592 378

lorenzo.stefani@touring.be

Rue de la Loi 44
1040 Bruxelles
Belgium

Suivez-nous sur :