Vacances de carnaval - Touring met en garde les skieurs et snowboardeurs

« Au moins 15 personnes sont mortes dans des avalanches »

Les vacances de carnaval sont la période de l'année où les sports d'hiver sont les plus prisés. Considérant la tendance qui était en 2019 déjà de 64% des skieurs belges, ayant réservé via une agence de voyages, à avoir choisi de partir à Carnaval contre 56 % en 2018*. Le nombre de skieurs belges augmente chaque année avec pour 258.261 personnes en 2019 contre 226 748 personnes l’année précédente.

Touring met en garde les skieurs et snowboardeurs. "Déjà 15 personnes sont mortes dans des avalanches cet hiver. Bien sûr, les risques sont considérablement réduits lorsque l'on reste sur les pistes ouvertes et officielles. Grâce à l'information et à la préparation du personnel de piste, il y a là moins de risques d'avalanches. Mais il est aussi important de prévenir les accidents sur les pistes mêmes. En Autriche, par exemple, vous risquez des poursuites pénales si vous causez un grave accident de ski. Ce fut le cas l'année dernière pour plus de 1.700 accidents, rien qu'en Autriche". Sur les pistes, une seule règle prévaut: le skieur devant vous a toujours la priorité, même s'il manque d'assurance dans ses mouvements ou s'il skie plus lentement, dit Touring.

L'année dernière, Touring a reçu jusqu'à 3.600 appels pendant les vacances de carnaval, ce qui a entraîné 1.178 interventions sur le terrain et 104 rapatriements. "Le nombre d'interventions médicales a augmenté de 7 % par rapport à l'année précédente. Sur les pistes, un bon équipement et le respect des règles et des panneaux - qui indiquent parfois aussi la vitesse autorisée - sont les éléments les plus importants pour éviter les accidents".

Nous continuons à recommander vivement le port du casque de ski (pas seulement pour les enfants) car cela permet d'éviter certaines blessures lors d'accidents entre skieurs ou contre des obstacles, dit Touring. "En tout état de cause, le risque de subir une fracture du crâne aux sports d'hiver diminue de 60 % lorsque l'on porte un casque de ski (source, www.eurosafe.eu.com). Une collision à 30 km/h est comparable à une chute de 3,5 mètres de haut; à 50 km/h, l'impact équivaut à une chute de près de 10 mètres".

Touring déplore surtout le nombre croissant de skieurs et de surfeurs qui sortent des pistes sans y être préparés. "Les raisons sont multiples: des pistes bondées, le défi de l'aventure et les pentes de neige fraîche et intacte. Ils courent néanmoins un énorme risque (surtout à certaines périodes de l'année). Alors que sur les pistes de nombreux aspects de sécurité et l'évaluation des risques sont pris en compte (sans même que l'on puisse s'en apercevoir), ces aspects sont totalement absents en dehors des pistes.

Touring assure également les accidents hors piste à condition que vous soyez accompagné d'un guide officiel et que l'organisation en soit informée ici et sur place, mais ceci n'est certainement pas une raison pour être imprudent.

Nous conseillons vivement à tous les skieurs hors-piste d'emporter l'équipement de sécurité nécessaire. Les chances de survie des victimes d'avalanche dépendent en grande partie du temps qu'il faut pour les retrouver et dégager leurs voies respiratoires. 

Les avalanches étant de véritables phénomènes naturels, l'évaluation des risques reste difficile, mais un certain nombre de règles peuvent être respectées:

  • Ne jamais partir seul en hors-piste
  • Emportez toujours l'équipement nécessaire: détecteur de victimes d'avalanche (DVA), sonde et pelle, éventuellement sac à dos ABS (airbag).  
  • Entraînez-vous à l'avance avec le matériel d'avalanche (les chances de survie diminuent considérablement avec la durée d'ensevelissement).
  • Soyez attentif aux panneaux d'avertissement et/ou autre signalisation de danger d'avalanche.

Touring mets également en garde les skieurs qui sont de plus en plus nombreux à pratiquer des activités de sensations après une journée de ski. De nombreuses stations en France et ailleurs multiplient les activités « sensationnelles » d’après-ski pour ceux qui sont avides de sensations.

Après le stress du boulot, le passage en altitude et dans le froid sont une épreuve pour le corps. Touring rappel qu’après une journée de ski dans le froid le corps fatigue et a besoin de se régénérer.  Touring invite les skieurs débutants ou non à veiller à leur repos, détente et surtout à une alimentation équilibrée. Ceci afin d’éviter la prolongation d’un risque d’accident ou de maladie suite à des exercices physiques et sensationnels sur une seule journée.

 

* Source : ABTO

- Fin du communiqué de presse -

Je partage ce contenu