Image
Rencontre avec Thierry Neuville, l’espoir belge du WRC
Vous voulez tout savoir sur Thierry Neuville, pilote belge de rallye automobile? Nous l'avons rencontré pour vous.

Qu’on soit ou non amateur de sport automobile, on a déjà tous entendu parler de Thierry Neuville. Ce jeune pilote belge originaire de Saint-Vith a terminé vice-champion du monde en rallye la saison dernière et se positionne aujourd’hui parmi les favoris pour le titre.
À l’issue du rallye du Mexique, Thierry Neuville nous a accordé quelques minutes dans son planning surchargé  et s’est livré sur sa vie de pilote, ses hobbies et ses projets personnels.

À quoi ressemble l’une de vos journées-types en période de rallye, comme celui du Mexique?

Sur un rallye, on se lève très tôt et on se couche très tard. On a une phase de préparation le matin: le briefing avec l’équipe, on se renseigne sur la météo annoncée sur les différentes spéciales, on définit le choix des pneus, la stratégie, etc. On va rechercher la voiture au parc fermé et la course commence. Le soir, à l’hôtel, on prépare la journée du lendemain.
On analyse les images de la journée et on prend des notes. On est constamment sous pression. On n’a pas de temps à perdre, les choses s’enchaînent. Et encore, sur les rallyes d'outre-mer, on est généralement plus relax qu’en Europe car on a moins d’événements de relations publiques.

Un planning très chargé donc…

Oui et on a très peu de temps libre entre chaque rallye aussi. Ici, je suis rentré du Mexique pour effectuer des tests. Ensuite, je reviens en Belgique pour tourner une vidéo pour un sponsor. Et puis je suis reparti pour des événements organisés par nos partenaires, des séances d’essai et les rallyes évidemment.

Vous rentrez souvent en Belgique?

Ça dépend de mon calendrier et des projets avec les sponsors. Ce mois-ci, je serai en Belgique pour tourner la vidéo. Mais en général, je n’y suis qu’environ deux jours par mois.

Quel est pour vous le plus beau rallye de la saison?

C’est difficile à dire car chaque rallye est très différent et a ses particularités. Je dirai le Mexique pour sa culture et son dépaysement, la Sardaigne pour ses paysages magnifiques et l’Allemagne pour son ambiance et parce qu’on y retrouve de nombreux fans belges.

Justement, j’ai croisé votre fan club officiel au Mexique. Ils vous suivent vraiment partout.

Oui, il y a toujours une délégation de 5 à 15 personnes qui prennent congé pour nous suivre sur les rallyes. C’est surtout sympa pour eux car ils sont en groupe et peuvent en profiter pour visiter d’autres pays.

Quel est votre plus beau souvenir depuis vos débuts en rallye?

Certainement ma toute première victoire au Tour de Corse en 2011. C’était la première fois que je gagnais à un haut niveau en rallye. C’est une course qui a été remportée par de très grands noms avant moi. Ça m’a permis de percer en tant que pilote et de faire ma place en WRC.

Vous réalisez sans doute un rêve en étant pilote de rallye mais quel est le côté le moins amusant de votre métier?

Oui, effectivement, j’ai un job de rêve. Les déplacements sont clairement l’inconvénient de ce métier. J’en suis déjà à 37 vols et 40 heures d’aéroport depuis le début de la saison (ndlr, la saison a débuté le 19 janvier au rallye de Monte-Carlo).

Quel conseil donneriez-vous à de jeunes pilotes qui rêvent de suivre vos traces?

C’est un métier difficile. Il faut avoir beaucoup de motivation et surtout ne rien lâcher. Il ne faut pas croire que cela arrivera tout seul. Cela demande énormément de travail et procure beaucoup de déceptions avant d’atteindre un certain niveau et d'être considéré en tant que pilote en WRC.
Il faut tenir au moins une année ou deux avant de se faire remarquer. C’est certainement la partie la plus difficile.

Quels sont vos hobbies en dehors du rallye?

Les voitures. J’ai toujours adoré les voitures. J’ai pas mal de petits « jouets » avec lesquels j’aime m’amuser quand j’ai du temps libre. Et évidemment, j’aime passer du bon temps avec ma famille et les copains.

Quelle est la voiture de vos rêves?

(Rires) Pas une Hyundai! En fait, c’est celle que je me suis offert l’année dernière, une Ford GT 3. Et je suis aussi un grand fan de Porsche.


Avez-vous des projets qui vous tiennent à cœur à court et moyen termes?

Je vais lancer ma propre société de restauration de voitures anciennes. C’est un projet familial que je vais démarrer avec mon frère et d’autres membres de ma famille. C’est une façon de préparer l'avenir.

Je partage ce contenu