Image
Motorhomes

Pour notre dossier motorhome, nous nous sommes intéressés à la sécurité en cas d'accident. Voyez ce crash-test inhabituel contre une voiture de tourisme!


Dans le cadre de notre dossier “spécial” motorhomes, nous nous sommes associés à nos clubs frères, et notamment l'ADAC en Allemagne, pour vous proposer ce crash-test inhabituel. En effet, il s'agit d'un test - choc frontal - entre une voiture de tourisme et un motorhome aménagé...


Pourquoi ce test? Qu'avons-nous testé?

Récemment, diverses institutions européennes ont effectué des tests de collision sur des motorhomes, avec des résultats parfois désastreux. Il faut dire que ces tests ont utilisé des véhicules plus anciens et des scénarios d'accidents très graves. Notamment des occupants pas attachés! Dans d’autres cas, les camping-cars étaient chargés de manière inadéquate afin de démontrer les conséquences d'un accident.


Un accident avec un véhicule venant en sens inverse sur une route extra-urbaine n'est pas le scénario d'accident le plus courant. Cependant c'est celui qui présente le plus grand risque de blessures pour les occupants du véhicule. Dans ce scénario, les véhicules avec lesquels les motorhomes sont les plus susceptibles d'entrer en collision sont les voitures particulières.


L'objectif du présent test était donc de déterminer le degré de sécurité d'un motorhome actuel en cas de collision frontale avec une voiture venant en sens inverse. Nous avons cependant voulu insister sur certains points. Ainsi, les conditions de test comprenaient:

  • Le bouclage "correct" des ceintures de tous les passagers
  • La fixation de tous les objets à bord
  • Le retrait/rangement de la table selon les instructions du fabricant.


Choix des véhicules de ce test

Pour évaluer le risque pour les passagers, nous avons placé un mannequin sur le siège du conducteur. Nous avons aussi utilisé 3 autres comme passagers, pour un effectif complet de 4 personnes.


Concernant les véhicules choisis, il s'agit d'un motorhome qui représente la catégorie des véhicules les plus vendus en Europe. Celui-ci (Knaus BoxStar Solution 600) repose sur le Fiat Ducato. Il est assez spacieux pour les familles avec ses 4 sièges et 4 lits. Grâce à sa charge utile de 600 kg, sa longueur de 6 mètres et sa largeur d'environ 2 mètres, il est également adapté à un usage quotidien.


Pour ce qui est de la voiture, nous avons opté pour la Citroën C5 break. C’est un véhicule assez représentatif de la classe des berlines/breaks moyens. Son poids en ordre de marche était d'environ 1 600 kg pour un poids d'essai de 1 720 kg.


Afin de pouvoir évaluer le risque de blessure pour l'occupant du véhicule en cas de collision avec le motorhome, nous avons placé un mannequin instrumenté sur le siège du conducteur. Nous avons simulé une collision frontale de deux véhicules avec un décalage latéral. Chaque véhicule s'est déplacé à 56 km/h. Le déport frontal était de 50% de la largeur du motorhome.

Motorhome les dummies
Les “dummies” bardés de capteurs représentent très exactement le corps humain lors d’un accident.


Motorhome vs voiture: une différence de masses

Un mot d'abord sur la différence de masse entre ces 2 engins. Bien que la vitesse de ce test soit inférieure à celle du test de choc frontal Euro NCAP (56 km/h au lieu de 64 km/h), l'énergie qui agit sur la voiture lors de la collision avec le motorhome était environ 50 % plus élevée. Cette charge supplémentaire est due à la différence de masse des véhicules, qui amène la voiture et son système de retenue à leurs limites.


En raison de leur différence de masse, le changement de vitesse de la voiture était ainsi de 78 km/h (la voiture est repoussée à 22 km/h après la collision). A l’inverse, le changement de vitesse du motorhome n'était que de 34 km/h (le motorhome étant ralenti de 56 km/h à 22 km/h par la collision).

Motorhome 3.500 kg vs break 1.720 kg
Motorhome 3.500 kg vs break 1.720 kg


La voiture s'en sort mieux

Après le contact avec le motorhome, la décélération de la voiture a augmenté régulièrement jusqu'à un maximum de 37,3 g, puis a diminué à nouveau. La collision elle-même a duré environ 120 ms. Cela implique une dissipation homogène de l'énergie. C'est l'avantage des voitures modernes: elles sont conçues avec des zones de déformation importantes et une "cellule de survie" autour des passagers.

Motorhome vs break
Motorhome vs break, ici la cellule de survie du break qui a plutôt bien résisté.


A l'inverse, ce n'est pas vraiment le cas d'un motorhome comme celui-ci, basé sur une plateforme d'utilitaire. Dans ce cadre, les zones de déformations sont moins développées puisque l'objectif essentiel de ces véhicules vise leur capacité de charge.


Bref, bien que le motorhome ait été beaucoup plus lourd et donc soumis à un changement de vitesse beaucoup moins marqué que la voiture, la collision a généré des pics de charge allant jusqu'à 34,7 g. En outre, la décélération mesurée pour le motorhome a fortement fluctué. Ceci correspond à la moindre dissipation de l'énergie cinétique (toujours cette question de structure). Les pics de charge augmentent donc à la fois le risque de blessure des occupants et les forces agissant sur la cargaison.


Risques pour les passagers

Le conducteur a été exposé à un risque élevé de blessure lors de l'accident. Bien que les blessures envisagées ne mettent pas la vie en danger, des dommages corporels peuvent avoir un impact considérable sur la qualité de vie. Dans cette collision, le passager avant courait un risque de blessure beaucoup plus faible que les autres occupants du motorhome. Comme l'habitacle ne s’est pratiquement pas déformé du côté du passager avant, l'espace de survie est resté complètement intact. Les 2 passagers arrière sont, comme le conducteur, exposés à un risque élevé de blessure lors de ce type d'accident. En cause, la structure en bois qui soutient les sièges mais aussi le mouvement (vers l'arrière) du siège conducteur. Tous ces éléments sont liés aux structures du véhicule mais il ne faut pas oublier les risques dus au transport du matériel.


Le mobilier et les objets transportés

Pour le crash-test, nous avons chargé le coffre à l'arrière du motorhome:

  • Grosse batterie
  • Caisse à outils
  • Réservoir d'eau (20 l) dans l'armoire de droite
  • 2 bouteilles de gaz de 11 kg arrimées dans la boîte prévue à cet effet
  • Une tente, un petit compresseur et un pack de six bouteilles de 1,5 l
Motorhome : Coffre rempli et arrimé
Coffre rempli et arrimé


Sous le lit:

  • Une grande valise trolley remplie
  • Une table de camping et des chaises.

Deux sangles fixées à leurs œillets d'arrimage respectifs retenaient les divers objets rangés dans le coffre. Il faut aussi mentionner les accessoires dans la salle bain ou dans la cuisine.


Ainsi par exemple, dans la cuisine il y avait:

  • 4 assiettes en porcelaine
  • 8 verres à boire dans le placard supérieur
  • 5 bouteilles d'eau de 1,5 l dans le réfrigérateur
  • 3 bouteilles d'eau de 1 l dans la porte du réfrigérateur
  • 23 bouteilles d'eau de 1,5 l, 6 bouteilles d'eau de 0,5 l et une petite machine à café dans l'armoire sous le réfrigérateur
  • 12 verres à boire, plusieurs planches à découper et quelques couverts dans le tiroir supérieur
  • 8 assiettes, 3 casseroles, 2 bols dans le tiroir du milieu
  • 2 sacs de sable de 10 kg, 1 de 5 kg et 2 casseroles dans le tiroir du bas.


Résultats pour le mobilier et les accessoires

Lors de ce crash, toutes les parois et la porte de la salle de bain étaient encore intactes et les installations n'ont guère été endommagées non plus. Il faut dire que cette unité se situe directement derrière le cadre métallique auquel sont attachées les ceintures de sécurité des occupants arrière. Ce cadre a donc été suffisamment stable pour supporter les cloisons. C'est moins vrai concernant la cuisine dont les éléments ont beaucoup bougé suite au crash. Il faut dire que le poids de ces meubles s'ajoute à celui des diverses charges décrites ci-dessus. Les constructeurs devraient donc veiller à mieux intégrer ces meubles avec des fixations plus solides.

Motorhome
Si la “salle de bain” (derrière les 2 passagers) a bien résisté, c’est moins le cas de la cuisine.


Motorhome: nos conseils aux fabricants

Pour les passagers avant: Qu’il s’agisse d’un véhicule de tourisme (catégorie M1) ou d’un véhicule utilitaire (N1 et N2), l'avant du véhicule doit être conçu solidement. Ainsi, il faut que l'énergie de l'impact se dissipe dans la zone de déformation et que l'habitacle reste stable, préservant ainsi l'espace de survie nécessaire.


Pour les passagers arrière:
La base de la banquette de la deuxième rangée de sièges doit être suffisamment stable pour ne pas s'effondrer sous le poids des passagers en cas d'accident. Cela évitera que la ceinture de sécurité ne glisse du bassin vers l'abdomen (risque de blessures internes). En outre, le rembourrage du siège ne doit être ni trop épais ni trop mou. En effet, si l'occupant s'enfonce trop profondément dans le rembourrage lors d'un accident, la ceinture abdominale peut également glisser vers l'abdomen et causer des blessures sévères.


Pour les installations et le mobilier d’un motorhome:

  • Les armoires montées au niveau du sol à l'intérieur du véhicule conviennent notamment aux charges lourdes. Cette masse a moins d'effet sur la tenue de route du véhicule.
  • Ces armoires doivent être stables et reliées à la structure du véhicule.
  • Elles doivent résister aux charges agissant en cas de collision et ne doivent pas présenter de risque de blessure supplémentaire pour les occupants.
  • Des autocollants fournissant des informations importantes sur la sécurité doivent être prévus. Par exemple sur la capacité de chargement maximale des étagères et des tiroirs individuels des armoires afin de contribuer à optimiser leur utilisation.
Motorhome
Lors du choc, des éléments en verre/porcelaine peuvent blesser les occupants!


Motorhome: nos conseils aux utilisateurs

  • Lors de l'achat d'un motorhome, assurez-vous que le véhicule dispose de systèmes d'assistance tels que l'ABS et l'assistance au maintien de la trajectoire. Bien que ces systèmes ne puissent pas prévenir tous les accidents, ils réduisent au moins le risque d'accident et peuvent contribuer à éviter des blessures graves.
  • Placez les objets lourds en bas et les objets légers en haut de la cabine. Si possible, n'utilisez les placards supérieurs que pour les bagages très légers, par exemple pour les vêtements.
  • Rangez le moins possible d'objets dans la zone "d'habitation". Utilisez de préférence le coffre surtout pour les objets lourds et fixez-les aux œillets d'arrimage à l'aide des sangles.
  • Utilisez de la vaisselle en plastique dans la cuisine, pas de verre ni de porcelaine.
  • Ne laissez rien traîner dans la cuisine lorsque vous êtes en déplacement, mais veillez également à bien ranger les petits objets si possible.
  • Retirez ou rabattez la table devant la dernière rangée de sièges ou entre les rangées de sièges arrière avant de partir. Sinon, elle pourrait causer de graves blessures aux passagers en cas d'accident.
  • N'utilisez les lits et le bloc-cuisine que lorsque le véhicule est garé et gardez votre ceinture de sécurité bouclée en permanence lorsque vous êtes sur la route.


Conclusion

Même si les images de ce crash-test sont impressionnantes, il convient de relativiser quelques points. D'abord en répétant que ce type d'accident - le plus grave en collision frontale - est aussi le plus rare. Ensuite qu'il s'agit ici d'un véhicule "modèle" dans le sens où il représente le motorhome commun de cette catégorie. Rappelons que le motorhome est un ensemble composé d'un châssis, d'une cabine et d'un habitacle qui varient en fonction des transformations. Il n'empêche, ce type de crash-test témoigne à quel point il est important d'attacher correctement passagers et matériel. Attacher mais aussi répartir les charges, les plus lourdes en bas et loin des passagers. Les plus légères et moins dangereuses en hauteur. Et puis, enfin, penser aux problèmes liés à la surcharge. Le poids du motorhome étant l'un des problèmes majeurs en ce qui concerne la sécurité.

Je partage ce contenu