Image
Motorhomes

La crise du Coronavirus a mis les motorhomes sous le feu des projecteurs en actant un succès grandissant. Voyons si vous pourriez être tentés...



Même si l'été est (presque) derrière nous, la crise du Coronavirus a mis les motorhomes sous le feu des projecteurs. Un moyen évident de s'évader tout en respectant les mesures de distanciation. Mais le motorhome, c'est avant tout une philosophie de vie. Voyons si vous pourriez être tenté...


Commençons par le nommer ce véhicule. Car plusieurs termes le désignent, comme mobilhome, autocaravane ou camping-car qui sonnent parfaitement pour les francophones... Mais pas pour les autres. Aux Pays-Bas, le terme Camper Van est courant... Alors, prenons le parti de poursuivre notre enquête sur les motorhomes.


L'engouement pour ces petites maisons roulantes ne date pas d'hier, la demande est même en constante augmentation. Et que dire de l'explosion de la demande depuis la crise du Covid? Selon la Febiac - et ceci concerne les véhicules neufs -, on est passé de 2.500 à quasi 5.000 unités au cours des 10 dernières années.


Pour Didier Verriest, secrétaire général de la Fédération internationale des clubs de motorhomes, cela représente plus de 12.000 immatriculations (2019), neufs et occasions compris. Et puis il y a eu la période du confinement. Regardez bien le graphique qui montre la demande au cours des derniers mois. Les chiffres ont carrément été multipliés par 10!

Motorhomes le boom pendant la "période" Corona
Motorhomes: le boom pendant la "période" Corona


Motorhomes: une histoire de passionnés

Hormis cette situation exceptionnelle, qu'est-ce qui pousse l'automobiliste à franchir le pas vers le motorhome? Olivier Ballez, avocat, est un fervent pratiquant de la discipline, son témoignage éclaire bien des motivations entendues lors de notre enquête. "Mon père avait déjà un motorhome au début des années 70. Nous avons parcouru l'Europe et des contrées aussi lointaines que l'Afrique du Nord ou les plaines d'Anatolie. Ce qui m'est resté de ces périples? Outre la découverte de l'autre, les relations vraies mais aussi et surtout se déplacer en toute indépendance. Depuis lors, j'ai eu 5 motorhomes avec, comme point d'orgue, un joli "bébé" de 8 mètres de long et 2,5 de large! Le motorhome, c'est une philosophie de vie mais cela demande aussi de l'expérience et quelques sacrifices." Nous y reviendrons.


Du plus petit au plus grand

Les motorhomes regroupent plusieurs types de véhicules, du plus basique au plus sophistiqué. Les plus petits sont assimilables aux camionnettes utilitaires, ici aménagées pour voyager léger. Généralement pour deux adultes avec ou sans (petits) enfants. Le toit-tente en extension est un plus. Moins chers et surtout très pratiques à conduire et garer.


Avec le même châssis (la même base), vous avez ensuite les premiers motorhomes équipés par de grandes marques spécialisées comme Adria ou Hymer. Ici aussi, leur taille raisonnable plaît au plus grand nombre. Sans compter que le prix d'achat (ou de location) demeure relativement raisonnable.


Car pour les catégories supérieures, modèles semi-intégrés et intégrés dont la carrosserie est entièrement intégrée au châssis, les prix s'envolent jusqu'à parfois atteindre les 300.000 euros pour les plus luxueux.


Motorhomes: acheter ou louer?

Vous rêvez de parcourir le monde au volant de votre motorhome? Pour un néophyte, quelle est la meilleure manière de se lancer dans l'aventure? Pour Didier Verriest, trop de personnes s'engagent avec empressement. "En dehors du plaisir de la route, du voyage et de la liberté de circuler, les contraintes sont nombreuses: entre les pleins, les vidanges, le stationnement, les réglementations, les obligations... Tout cela pourrait en rebuter plus d'un."


Donc, comme Olivier, Didier conseille de commencer par une location. Un week-end, mieux, une semaine entière à l'issue de laquelle vous pourrez vous forger une opinion. Si les sensations sont bonnes, vous pouvez envisager l'étape suivante.


Mais faut-il acheter pour autant? C'est un matériel cher, même d’occasion et puis, il faudra l'entretenir et payer un tas de frais annexes. Il faut donc bien réfléchir avant de craquer. Si vous ne partez qu'une ou deux semaines par an, vous pourriez continuer à louer sans devoir investir beaucoup d'argent. À titre d'exemple, pour la location d'un petit modèle (2 à 4 personnes), les prix varient de 500 euros en basse saison à 1.500 euros en haute saison avec un véhicule bien équipé. Sans compter désormais certaines sociétés qui louent des ancêtres, type VW T2, équipés et remis au goût du jour. L'occasion de mêler nostalgie et découverte de nouveaux horizons.


Motorhomes, neufs ou d'occasion?

Vous êtes certain de votre coup, pour vous ce sera l'option achat? Neuf ou d'occasion? Il n'y a pas de règles. C’est surtout une question de budget. Pour Didier Verriest, on peut déjà trouver un véhicule convenable à partir de 25.000 euros. "À condition d'être un peu bricoleur et de se faire conseiller par quelqu'un qui s'y connaît pour ne pas risquer l'arnaque." Mais si l'on souhaite un engin plus récent, sans trop de kilomètres et la garantie d'un vendeur pro, comptez plutôt aux alentours des 40.000 euros.


Ces prix varieront en fonction de nombreux critères, pareils que pour une voiture classique: âge, km, équipements/options, garanties éventuelles. Olivier, le passionné depuis l'enfance, souligne l'importance de la mécanique: "Pour les occasions, le gros problème est souvent lié à un défaut d’entretien du précédent propriétaire. Si bien que le contrôle du moteur et le contrôle d’étanchéité sont vraiment essentiels." En comparaison, un véhicule de ce type, neuf, débute à environ 50.000 euros.


Le budget moyen constaté par le secteur tourne justement entre ces 50.000 et 75.000 euros. Prenez aussi en compte le budget entretien d'un tel véhicule, surtout s'il n'est pas neuf. L'entretien classique (vidanges, filtres, etc.) s'effectue le plus souvent aux alentours des 15.000 km ou une fois par an.


Les règles et obligations avant de partir

Vous êtes l'heureux (nouveau) propriétaire d'un motorhome? Avant de pouvoir parcourir les premiers kilomètres, vous devrez vous soumettre à quelques obligations. Tout d’abord, quel permis? La plupart des motorhomes (petits et moyens) font moins de 3,5 tonnes et sont donc accessibles avec un permis B. Au-delà de ce poids (nous allons revenir sur ce critère essentiel), il faut un permis "camion" de type C ou CE si vous tractez en plus une remorque.


Concernant l'assurance, évidemment obligatoire, elle est moins chère que pour les voitures. Comptez entre 800 et 1.000 euros/an pour une couverture omnium pour un engin valant 50.000 euros. Un conseil, demandez plusieurs devis en vérifiant bien ce qui est assuré entre le véhicule et ses équipements. Souvent, assurer sa voiture et son motorhome dans la même compagnie vous permet de bénéficier de tarifs avantageux. Idem si vous roulez peu: l'utilisation limitée (par ex. pendant la période estivale, maximum 30 jours par an) influencera le montant de la prime. Bref, comparez!


Niveau taxes, c'est assez simple. Il n'y a pas de TMC (taxe de mise en circulation), quant à la taxe annuelle de circulation, elle est de 132 euros pour les moins de 3,5 tonnes, 145 euros jusqu'à 8 tonnes et 185 euros jusqu'à 11 tonnes. Enfin, un passage annuel au contrôle technique est obligatoire: soit 36,80 euros (< 3,5 T) et 58,20 euros (>3,5 T). Sur www.touring.be, vous retrouverez tout cela en détail.

Le rêve du motorhome a un prix
Le rêve d’un motorhome a un prix


Le poids, l'ennemi numéro un

Toutes les personnes interrogées pour ce dossier nous ont dit à quel point ce critère de poids était prépondérant. D'où l'importance de la pesée à l'occasion du passage au contrôle technique. La "MMA" (masse maximale autorisée) se retrouve sur le certificat d'immatriculation. Il s'agit du poids admissible avec le conducteur et les pleins de carburant et d'eau.


Le problème? Comme le souligne Olivier Ballez, "beaucoup de revendeurs passent leur véhicule (qui pèse parfois plus de 3.200 kg à vide) débarrassé de ses accessoires. Or si vous repassez ce même véhicule l'année suivante, avec quelques accessoires cette fois, le risque est grand de dépasser les 3,5 tonnes." Didier Verriest insiste: "Et c'est sans compter les départs en vacances avec la famille, les bagages, les vélos, etc. Il n'est pas rare que des vacanciers en motorhomes soient arrêtés aux frontières ou sur des aires d'autoroutes, obligés de décharger leur véhicule jusqu'à ce que le poids redevienne admissible."


Un motorhome neuf doit passer au contrôle technique à sa première mise en circulation. Un contrôle périodique a ensuite lieu chaque année. Bref, veillez donc bien à demander au vendeur d'indiquer dans le contrat le nombre de passagers pouvant être transportés dans le véhicule. À ce sujet, voyez les conseils de nos confrères de l'ADAC (Allemagne). Ils ont comparé 15 motorhomes, de toutes catégories, et les résultats sont surprenants. Certains sont déjà en surcharge au départ si l'on compte une famille de 4 personnes et leurs bagages.


Pensez bien à ce problème de poids car les contrôles sont fréquents et les amendes peuvent être lourdes. Quelques exemples: 235 euros en Allemagne, jusqu'à 1.734 euros en Italie et même jusqu'à 5.000 euros en Autriche. En France, ce sera 135 euros. Tout cela sans compter l'obligation de décharger le surplus.


Maintenant, en route!

Votre motorhome est en ordre? Il est temps de vous mettre en route et de découvrir le monde. Oui, mais cela ne vous empêchera pas de devoir, ici aussi, respecter quelques règles. À commencer par les zones de basses émissions (LEZ). De nombreuses villes en Europe (Bruxelles, Gand et Anvers pour la Belgique) interdisent l'accès aux plus anciens véhicules. Cela concerne surtout les diesels, soit une bonne part du parc des motorhomes. Impossible de reprendre ici l'ensemble des interdictions/réglementations en la matière. Pour le détail, par pays, région et ville, n'hésitez pas à surfer sur notre blog Touring et tapez "LEZ" dans la fenêtre de recherche.


Il en va de même pour les différents péages et vignettes pour les autoroutes ou les ferries. Notez que ces tarifs sont toujours plus onéreux que pour une simple voiture. Pour la consommation de carburant, tout dépend du poids total de votre véhicule, du type de parcours et, forcément, de votre manière de rouler. Cela pourra varier de 8 litres - petite taille - à 14-15 litres/100 km pour les plus grands.

Motorhomes


Les limitations de vitesse

Les limitations de vitesse qui prévalent pour les motorhomes sont les mêmes que pour les voitures particulières: 50 km/h en agglomération, 90 sur les routes ordinaires hors agglomération (70 en Flandre) et 120 km/h sur les autoroutes. Les motorhomes ayant une MMA supérieure à 3,5 T ne peuvent toutefois pas dépasser 90 km/h sur les autoroutes et les routes composées de 2x2 bandes.


À l'étranger, des limitations de vitesse plus strictes sont souvent en vigueur pour les motorhomes, y compris ceux de moins de 3,5 T. En Espagne, par exemple, la vitesse maximale autorisée sur autoroute est de 100 km/h (90 si > 3,5 T). En Finlande, la limitation est de 100 km/h (80 si > 3,5 T) au lieu de 120 km/h.


Les arrêts: camping ou pas?

Pour le stationnement, les règles s'appliquent comme pour les voitures particulières. Il est donc possible de stationner partout et sans limites de temps, là où le stationnement n'est pas interdit et n'est pas à durée limitée. Il est également possible de stationner aux emplacements indiqués par un panneau E9a ou E9h. En revanche, un motorhome ne peut pas stationner aux endroits réservés aux autres catégories de véhicules (panneaux E9b, E9c ou E9c, par exemple).


Enfin, la réglementation de la circulation n'interdit pas de passer la nuit dans un motorhome en stationnement. Un règlement communal peut toutefois interdire ou limiter cette possibilité. Faute de clarté, il vaut toujours mieux s'informer au préalable auprès de la police locale ou sur le site Internet de la commune où l'on souhaite passer la nuit.

Motorhomes: s'arrêter n'importe où? Pas toujours évident!
Motorhomes: s'arrêter n'importe où? Pas toujours évident!


Et c'est encore plus vrai pour les déplacements à l'étranger. Comme le souligne Didier Verriest: "Il y a de plus en plus d’interdictions locales: on ne se gare pas au bord d’une plage, en centre-ville, près de grands lieux touristiques… donc hélas, cela fait pas mal de déçus." Et comme le souligne Olivier qui évite au maximum le stationnement en camping, "là où il y a trop de règles", il faut tout de même se montrer respectueux. "Vis-à-vis des autres mais aussi et surtout de la nature. Ainsi, il est hors de question d’envisager de vider un WC en plein milieu d’une forêt."


Pour ceux qui préféreront le cadre plus confortable d'un camping ou d'un gîte accueillant des motorhomes, l'offre est infinie. La qualité varie, tout comme les tarifs, en fonction des saisons. Ici aussi, Internet sera votre meilleur allié!


Journées portes ouvertes

Au cours de notre reportage, les responsables d’Ideal Caravans (importateur Hobby et Fendt) nous ont expliqué que la fédération BCCMA préparait une campagne nationale pour les journées portes ouvertes du secteur. En effet, le salon dédié aux motorhomes - Mobicar - n'aura pas lieu cette année à cause de la crise du Covid. Ces journées portes ouvertes sont programmées du 24-10 au 1-11-2020.

Je partage ce contenu