Image
5 pistes pour améliorer la mobilité à Bruxelles
La Région bruxelloise s’apprête à clôturer l’enquête publique sur son plan de développement durable. À cette occasion, Touring s’est associée avec Droit de Rouler et de Parquer pour formuler 5 pistes d’amélioration du volet “Mobilité” de ce plan.

1. Métro: plus de détails concrets!

Les autorités ont émis le souhait de voir les automobilistes abandonner leur voiture au profit des transports en commun. Depuis longtemps, DRP et Touring affirment qu’une telle transition est impossible sans extension du réseau du métro bruxellois. Longtemps restée sourde à cette critique, la Région admet aujourd’hui la nécessité d’étendre le métro. Hélas, le Plan régional de développement n’indique pas comment passer des intentions à la concrétisation. Nous aimerions plus de clarté à ce sujet.

2. Parkings de dissuasion: sur le sol de la Région

Le Plan régional de développement durable prévoit de faire grimper la capacité des parkings de dissuasion destinés aux navetteurs à 25 000 places de parking, alors qu’il n’en existe actuellement que 1.500. Nous applaudissons cet objectif ambitieux. Pour le concrétiser, nous proposons cependant que la Région privilégie une installation sur son propre territoire, afin de ne pas dépendre de la bonne volonté des deux autres régions.

3. Arrêt de la suppression des places de parking

Après avoir fait disparaître 28 000 places de parking entre 2005 et 2014, la Région propose aujourd’hui dans son Plan de supprimer encore 65 000 places supplémentaires en voirie. Nous considérons cet objectif purement idéologique comme une offensive contre les automobilistes bruxellois et les navetteurs. Une offensive d’autant plus inadmissible que la maigre compensation (20 000 places hors voirie) est en contradiction formelle avec les contraintes que la Région s’était elle-même imposées dans son plan IRIS2.

4. Réduire la capacité des grands axes? Pas sans alternative crédible!

Le plan entend réduire la capacité d’un certain nombre de grands axes. Nous ne nous y opposerions pas si cette réduction était la conséquence de la création d’alternatives efficaces et attractives. Ce n’est pas le cas. Touring et DRP demandent donc un moratoire à la fermeture ou au rétrécissement de grands axes, aussi longtemps qu’il n’y a pas de grands parkings de transit et d’extension du métro. Dans ce même contexte, nous estimons nécessaire et urgent d’optimaliser la petite ceinture, de supprimer les points noirs qui empêchent une circulation fluide, et de garder les tunnels durablement ouverts. Enfin, nous souhaitons que la Région inclue dans son plan la nécessité de tests préalables à toute modification de la circulation, en toute transparence et en concertation avec les autres régions.

5. Mettre un terme à la fiscalité punitive

Les voitures de sociétés ne sont pas les grands coupables de problèmes de congestion. La mise en place d’une taxe de congestion nous semble donc contre-productive. Nous soutenons par contre le développement d’un budget “mobilité” comme alternative à la seule voiture de société, afin de laisser le choix aux employeurs et aux employés.

En conclusion, Touring et DRP souhaitent rappeler que le plan ne peut imposer un mode de vie aux Bruxellois et aux navetteurs. La plupart des déplacements dans Bruxelles sont en effet inférieurs à 5 km, mais il faut tenir compte aussi de la volonté de la grande majorité des Bruxellois qui refuse une mobilité lente et veut des déplacements rapides. Avant de restreindre la circulation automobile, la Région doit s’atteler au développement d’une vraie alternative, avec un réseau de transports en commun capable de répondre efficacement aux besoins des Bruxellois et des navetteurs.

Je partage ce contenu