Image
couloir de secours

Désormais il faut s'écarter de part et d'autre de la route pour laisser passer les services de secours. Une sorte de couloir central. Voici les détails.


Une nouvelle et importante règle de circulation est entrée en vigueur depuis le 1er octobre. Désormais il faut s'écarter de part et d'autre de la route pour laisser passer les services de secours dans une sorte de couloir central. On vous explique tout en détail.

source: Vias


Le but de la nouvelle règle

L’objectif est de créer un couloir "central" de circulation pour laisser le libre passage aux véhicules de secours. Que ce soit les pompiers, les policiers, les ambulances, dépanneuses, etc. Pour utiliser ces couloirs, ces véhicules doivent être équipés de feux bleus et d'une sirène. Mais, selon les autorités, ils ne doivent pas nécessairement être tout le temps en fonction. Il faudra donc se montrer vigilant.

couloir de secours


Où s'applique la règle du “couloir de secours”?

Sur toutes les routes, qu’il s’agisse d’une autoroute ou d’une autre route, même en agglomération. Il faut simplement qu'il y ait au moins deux bandes de circulation dans le sens que vous suivez. En présence de trois bandes dans chaque direction, le couloir se trouvera entre la bande de gauche et la bande centrale.


Quand s'applique la règle du “couloir de secours”?

En fait, dès qu'un ralentissement ou un embouteillage se forme. Vous devez anticiper la manœuvre. Et donc vous vous écartez, soit à gauche (si vous êtes sur la bande de gauche), soit à droite (si vous êtes à droite). Et ce même si aucun véhicule prioritaire n'est (encore) présent! La pratique a déjà fait ses preuves dans plusieurs pays européens, notamment l'Allemagne. Cela suppose naturellement que tout le monde joue le jeu. Si une seule voiture ne se déporte pas, le couloir de secours restera un vain espoir.


Quid de la bande d'arrêt d'urgence alors?

C'est sans doute la question la plus épineuse concernant ce dossier. Ainsi, selon l'article publié sur le site de la Police: "Elle peut toujours être utilisée par les services de secours, mais, pour différentes raisons, les services d’urgence souhaitent aussi disposer de cette autre option qui est de passer entre les files". Avouez que ce n'est pas très clair! C'est d’ailleurs ce que relève le communiqué de presse que Touring a sorti pour commenter la mesure.


Contacté par nos soins, un responsable de la police de la route précise ceci. "En principe c'est non. Mais, si un véhicule de secours plus large que les autres ne parvient pas à passer par le couloir, alors oui, les véhicules de la file pourront, et même devront, le faire. Mais là c'est par respect de la règle générale. Il faut céder le passage aux véhicules prioritaires et d'urgence".


Bref, l'idée c’est de ne pas franchir la ligne séparant la bande de circulation de la bande d'arrêt d'urgence. Mais, si les circonstances l'exigent, ce sera une possibilité envisageable. Il faudra tout de même être attentif car, dans certains cas, la bande d'urgence n'existe tout simplement pas. Ou alors elle est encombrée par un véhicule en panne par exemple.


Quid des pistes cyclables et des sites réservés aux transports en commun?

Toujours selon le site officiel "Belgium.be", la réponse est non, mais avec la même nuance que celle qui vaut pour la bande d'arrêt d'urgence. Donc, en principe, vous ne pouvez pas empiéter sur ces aménagements vu qu’ils ne font pas partie de la chaussée. Il faudra donc que vous serriez sur le côté tout en restant dans les limites de la chaussée. Mais si un véhicule prioritaire (feux bleus et sirène) approche par l’arrière et n’a pas suffisamment d’espace pour circuler dans le couloir de secours à votre niveau, vous pourriez ne pas avoir d’autre choix que de mordre temporairement sur la piste cyclable ou le site pour véhicules de transport en commun (voir article 38 du Code de la route). Dans ce cas, vous devez toujours veiller à ne pas mettre leurs usagers en danger.


Est-ce que les motards peuvent emprunter ce couloir central?

Rappelons ici que les motards peuvent (déjà) remonter les files en cas de ralentissement sur des voies à 2 bandes et plus... Ils y sont autorisés à condition de le faire à vitesse très modérée, c’est-à-dire à maximum 20 km/h de plus que les automobilistes. Ceci dit, cette nouvelle règle de circulation devrait offrir un peu plus de confort et de sécurité pour les motards. En effet, ce couloir sera plus marqué qu'auparavant car désormais c'est la loi qui l’oblige!


Qu'en pense Touring?

Malgré les campagnes d'information déjà menées, un grand nombre d'usagers de la route ne sont peut-être pas encore au courant de la nouvelle règle. Touring invite donc les autorités à suivre de près et à évaluer la situation sur le terrain. En effet, il y a sans doute des endroits où la route n'est pas assez large pour y ménager un couloir de secours. Que faire dans ce cas? La question reste posée.


En tout état de cause, une sensibilisation s'impose! Eventuellement sous la forme d'une signalisation sur la chaussée ou sur des panneaux, en particulier aux endroits où des files se forment quotidiennement.


Il importe aussi que l'information sur la mesure soit diffusée dans les autres pays. La Belgique est en effet un pays par où transitent de très nombreux véhicules étrangers. Et cela suppose naturellement que tout le monde joue le jeu. Si une seule voiture ne se déporte pas, le couloir de secours restera un vain espoir.

Je partage ce contenu