Image
112
Ce 11 février, c’est la journée européenne du 112. L’occasion de rappeler à tous l’existence de ce numéro d’urgence gratuit qui peut sauver des vies.

Le numéro d’urgence n’a pas toujours été le 112. Depuis combien de temps existe-t-il et pourquoi a-t-il changé?

Il y a 50 ans, quand les autorités ont décidé de mettre en place un numéro d’appel unique pour l’aide médicale urgente, elles ont choisi le 900. En 1987, ce numéro est devenu le 100, pour éviter la confusion avec le préfixe 0900 qui venait d’être instauré en Belgique.

Quelques années, plus tard, en 1991, l’Union européenne a décidé d’introduire un numéro commun pour les appels d’urgences dans tous les États membres. La multiplication des déplacements intra-européens rendait en effet pertinente l’instauration d’un numéro unique à travers toute l’Union. Le choix s’est porté sur le 112: c’est un numéro rapide à composer sur un téléphone à cadran, et facile à retenir. Ce numéro est disponible en Belgique depuis 1993. Le 112 est disponible gratuitement 24 h/24, 7 j/7 dans toute l’Europe.

Pour quel type d’urgence peut-on contacter le 112?

On appelle le 112 pour recevoir l’aide urgente des pompiers, d’une ambulance ou de la police. En Belgique, on conseille cependant d’appeler directement le 101 pour les urgences policières. Si vous passez par le 112, votre appel devra être transféré, ce qui peut faire perdre un temps précieux.

En revanche, composez toujours le 112 si vous avez une urgence nécessitant l’aide de pompiers ou une ambulance

Combien d’appels le 112 reçoit-il sur une année en Belgique?

Les dernières statistiques du 112 remontent à 2016. Cette année-là, un peu plus de 5,5 millions d’appels d’urgence ont été passés en Belgique. 2.777.959 appels étaient destinés au 112, tandis que 2.931.227 d’appels étaient destinés au 101. Au total, nous avons 1.200 opérateurs qui se relaient pour prendre une trentaine d’appels par heure, 24 h/24 et 7 j/7. 

Parmi ces appels, il y a:

  • 42 % d’appels d’urgence, pour lesquels les opérateurs envoient des moyens d’intervention dans les plus brefs délais.
  • 8 % d'appels de secours. Ce sont les appels pour lesquels les opérateurs estiment qu’une intervention n’est pas nécessaire, même s'ils sont justifiés. Par exemple, quand une personne appelle le 112 alors qu’elle aurait dû appeler le 101, ou quand quelqu'un pense qu'on  tente de s’introduire chez elle, alors qu’il s’agit en réalité d’une personne connue qui entre).
  • 13 % d’appels de service. Il s’agit des appels des secouristes qui communiquent sur la situation en cours avec les opérateurs.
  • 6 % d’appels qui sont en fait destinés au numéro 1733. Il s’agit des appels non urgents,  par exemple pour la garde médicale. Ce numéro n’est pas encore disponible partout en Belgique, certaines personnes utilisent donc le 112.
  • 32 % d’appels inutiles, qui sont souvent des appels "de poche", le téléphone s’enclenche tout seul et il n’y a personne au bout du fil. Il y a aussi hélas des appels malveillants: de mauvais plaisantins ou des mécontents qui veulent se plaindre. Les personnes qui passent ce genre d’appels s’exposent à des poursuites judiciaires qui peuvent donner lieu à une condamnation pénale.

Que se passe-t-il si il n’y a pas assez d’opérateurs pour prendre les appels assez rapidement?

En principe, avec 1.200 opérateurs qui se relaient, ce genre de situation est rare. Mais lors de catastrophes naturelles comme les récentes tempêtes  ou des inondations, nous avons jusque 4,5 fois plus d’appels que d’habitude. Lors de la tempête de janvier, nous avons reçu 31.000 appels, avec un pic d’affluence de 5 h.

Dans ce cas, nos opérateurs opèrent un "tri". Si la vie d’une personne est en danger, les appels seront traités via le 112. Le numéro 1722 sera activé en parallèle pour les appels qui concernent des situations moins urgentes. De cette manière, même en cas de pic, le 112 reste capable de gérer les urgences vitales.

Ce numéro est européen, cela veut-il dire qu’il n’est disponible qu’en Europe?

Non. Le 112 est un numéro d’appel gratuit disponible partout dans l’Union européenne, mais aussi dans quelques autres pays qui ont décidé de l’adopter, comme la Suisse ou la Turquie. Si vous partez en voyage hors de l’Europe, vérifiez avant de partir quels sont les numéros d'appel d’urgence et notez-les quelque part. Dans les situations critiques, la moindre seconde compte.

Plus d’informations?

Vous ne savez pas où vous vous trouvez? Vous n’êtes pas sûr du numéro qu’il faut composer? Ne vous laissez pas surprendre. Téléchargez l’application 112 BE sur votre smartphone. Et n’oubliez pas d’activer la géolocalisation sur votre téléphone: les services d’urgence pourront ainsi vous trouver plus facilement. Enfin, n’hésitez pas à apprendre le plus tôt possible à vos enfants ce numéro d’urgence. Le SPF Intérieur a d'ailleurs réalisé une petite chanson pour aider vos enfants à le mémoriser! N’hésitez pas à consulter également la foire aux questions du 112

Je partage ce contenu