Image
Mazda MX-30
MX-30 c'est le premier véhicule 100% électrique de Mazda. Et comme toujours, le japonais veut suivre sa propre voie en limitant la taille des batteries.


Chez Mazda, on se fiche des tendances: on suit sa voie! Le MX-30, premier véhicule 100% électrique de la marque, le prouve une fois encore, notamment par un choix technique - des batteries limitées - qui va à contre-courant, mais qui brille par sa cohérence.

MX-30
Une ligne qui diffère pas mal du crossover CX-30 duquel il découle


Le MX-30, résumé en 30 secondes chrono!

Basé sur le crossover CX-30, le MX-30 est le premier véhicule 100% électrique de Mazda. Comme il ne fait jamais rien comme les autres, le constructeur japonais a innové dans plusieurs domaines. Deux en particulier: des portes "suicide" qui s'ouvrent de façon antagoniste et, surtout, un pack de batteries limité. Cela permet de réduire le poids donc de moins consommer et surtout s'afficher à un prix "raisonnable" pour une voiture électrique.


Très original au niveau du design, il sacrifie un peu le confort des passagers arrière et la contenance du coffre. Au niveau de l'autonomie, comptez effectivement 200 km en parcours varié. Cela peut paraître peu à certains mais la moyenne quotidienne de l'automobiliste est bien en deçà. Il faudra donc, si vous étiez intéressé, analyser votre profil de conduite avant de franchir le pas.


MX-30, le segment

C'est celui des SUV 100% électriques. A priori cela semble assez incongru de marier un véhicule haut et lourd avec une source d'énergie qui demanderait un profil élancé et moins de poids. Mais voilà, le véhicule électrique peine à se vendre - à cause de son prix principalement - et le SUV semble être une bonne carte pour plaire au plus grand nombre. Raison pour laquelle la concurrence joue sur le même niveau: on pense au Hyundai Kona EV ou au Peugeot e-2008. Des Opel, VW, Seat, Skoda et bien d'autres suivront dans les semaines et mois à venir. Bref, le SUV compact et l'électricité seront le "binôme" automobile de ces prochaines années!

MX-30


Ce qui change

Le constructeur d'Hiroshima a ceci de particulier qu'il semble toujours accorder plus de poids à ses ingénieurs qu'à son département marketing. C'est pourquoi les véhicules de la marque ne suivent en général pas les "tendances techniques" qui dominent l'automobile. On pense par exemple à celle du downsizing, tendance selon laquelle, pour réduire les émissions, on a recours à des moteurs de plus en plus petits, gavés par un turbo. Alors que tout le monde a suivi cette voie, Mazda a préféré repenser les principes de base du moteur classique (de bonne cylindrée et sans turbo), et a obtenu des résultats similaires. Aujourd'hui, c'est l'essor de la voiture électrique et la tendance est la course à l'autonomie. Cette course, le MX-30 n'y participe pas, et pour une très bonne raison que nous expliquons un peu plus loin...


MX-30, le design

Parlons d'abord du "physique" du MX-30 qui est basé sur le cousin CX-30. Un physique qui dénote un peu dans le paysage actuel, non par le concept de crossover coupé qui est lui assez en vogue, mais par le design proprement dit. Un design original, qui attire l'œil sans pour autant le séduire du premier coup. Mais à la longue, et surtout lorsqu'on le découvre "en vrai", la séduction commence à opérer. La touche en plus: ces portières arrière à ouverture inversée, qui rappelleront à certains le fantastique coupé RX-8 du début des années 2000. Ca aussi, c'est très original, mais il faut dire que ça n'est pas aussi pratique que de "vraies" portières. Deux raisons à cela. Un, pour accéder aux places arrière. Deux, il faut toujours que la portière avant soit ouverte pour ouvrir l'arrière.

MX-30
Comme sur le coupé RX8 d’antan, des portes “suicide” qui s’ouvrent en opposition


À l'intérieur

À part cette partie arrière moins accueillante pour les passagers, l'habitacle du MX-30 est assez sympa. On ne parlera pas de "facteur waouw", mais c'est évidemment très bien fini, on a un sentiment technologique assez flatteur, sentiment contrebalancé par l'utilisation de matériaux durables, comme le PVC recyclé pour les sièges, et des éléments de décoration en… liège! C'est nouveau et ça aussi, c'est très original.


La position de conduite est parfaite et le meuble de bord épuré intègre bien les aérateurs ou les écrans digitaux. L'habitabilité est correcte pour 4 adultes (siège arrière central en dépannage) mais il ne faut pas être claustrophobe à l'arrière. En effet, les petites vitres donnent un certain sentiment d'enfermement. Quant au coffre, il affiche une capacité de 366 litres, ce qui est très moyen pour un SUV compact. Mais "normal" pour le même en version électrique puisque les batteries occupent pas mal d'espace.


Équipements

Le MX-30 est très bien équipé dès la version de base, avec notamment un système multimédia connecté très complet et une panoplie d'aides à la conduite de la moyenne supérieure. Nous vous révélerons le prix plus loin mais sachez déjà qu'à équipement comparable, le Mazda MX-30 est moins cher que certains concurrents directs, comme le Peugeot e-2008 par exemple. Cette différence de prix s'explique aussi et surtout par ses batteries plus faibles. Voici pourquoi...

L’infodivertissement complet (Car-Play et Android) fait partie de la dotation de série


Sous le capot du MX-30

La différence de prix s'explique notamment par ce qui sera un défaut du Mazda aux yeux de certains: une autonomie moyenne officielle (WLTP) de 200 km, contre plus de 350 pour le Peugeot. En fait, la batterie du MX-30 n'affiche que 35,5 kW, là ou (par exemple) un Kona EV pourra afficher jusqu'à 64 kW. Ce sera donc un obstacle à l'achat pour ceux qui ont toujours cette "barrière psychologique" de l'autonomie insuffisante, en dépit du fait que les études montrent que 200 km, c'est près de 4 fois le kilométrage quotidien moyen du Belge.


Pourquoi seulement 200 km? Mazda explique ce choix par une volonté d'être cohérent avec l'ambition écologique de la voiture électrique. Plus d'autonomie, ça veut dire plus de batteries, donc plus de poids. Du coup, une voiture consomme plus d'énergie, dont une partie ne sert qu'à… transporter les batteries. Ce qui n'aurait aucun sens. A ces arguments, ajoutons qu'il faut moins de matériaux rares par voiture construite, sans compter l’impact sur l'empreinte carbone. Voilà quelques arguments avancés par Mazda et tout cela ne manque pas de logique!

MX-30


Sur la route avec le MX-30

On note d'abord qu'avec 140 ch et 271 Nm, le MX-30 est un véhicule tout ce qu'il y a de satisfaisant en matière de performances, avec le petit plus qu'il offre des sensations de conduite directes et communicatives, comme toutes les Mazda. Les conducteurs avertis apprécieront. Mais, contrairement à d'autres voitures électriques qui vous offrent un vrai "boost" à l'accélération, Mazda a choisi de rester dans la modération, toujours pour ménager son autonomie. En témoigne un 0 à 100 km/h en un peu moins de 10 secondes quand ses concurrentes vantent de 6 ou 7 secondes pour le même exercice. Et puis Mazda a aussi limité la vitesse maxi à 140 km/h... A chacun de se faire sa religion!

MX-30
Suspensions relativement fermes mais le comportement est rigoureux


Consommations

Pour ce qui est de l'autonomie, Mazda annonce une consommation moyenne (WLTP) de 19 kWh/100 km et les essais nous ont prouvé qu'il était assez facile d'abaisser ce chiffre aux alentours des 16 kWh/100 km. Et donc, sur un trajet mixte dominé par l'autoroute, nous avons en effet relevé une autonomie de quelque 200 km. Ce serait un peu moins en ne roulant que sur autoroute, mais l'autonomie en conduite exclusivement urbaine et périurbaine dépasse en revanche les 240, voire 250 km.


En faut-il vraiment plus? Concernant les temps de recharge, le fait d'avoir une "petite" batterie limite forcément la durée. Mazda affirme qu'une charge rapide offre 80% d'autonomie en 30 minutes. Pour ce qui est des solutions domestiques, un "wallbox" fera le plein en 3 ou 4 heures, et comptez une douzaine d'heures pour une recharge via une prise classique.


Budget

Pour une voiture électrique, 33.490 € c'est un prix vraiment compétitif! Ceci est dû, vous l'aurez compris maintenant, à la limitation des batteries. Si l'on considère l'équipement très complet (comme les aides à la conduite, la climatisation, l'infodivertissement, etc.), il s'agit d'une véritable affaire. D'autant que - mais c'est commun à toutes les voitures électriques- les taxes sont inexistantes en Flandre et modérées en Wallonie/Bruxelles (61,5 € de TMC et 83,56 € de taxe de circulation annuelle).


Conclusion

Compte tenu de l'habitabilité, de l'équipement et du "sérieux" que représentent les produits Mazda, il s'agit là d'une excellente affaire. Seulement voilà, ces fameux "200 km" d'autonomie seront sans doute un obstacle à l'achat pour ceux qui ont toujours cette "barrière psychologique" de l'autonomie insuffisante. Ceci en dépit du fait que les études montrent que 200 km, c'est près de 4 fois le kilométrage quotidien moyen du Belge!

MX-30


Fiche technique

  • Mazda MX-30 e-Skyactiv
  • Moteur: électrique ; 144 ch ; 271 Nm
  • Transmission: aux roues avant
  • Boîte: auto 1 rapport
  • L/l/h (mm): 4.395/1.795/1.555
  • Poids à vide (kg): 1.645
  • Volume du coffre (l): 366 – 1.171
  • Batteries (kWh): 35,5
  • 0 à 100 km/h (sec.): 9,7
  • Vitesse maxi (km/h): 140
  • Conso mixte (kWh/100 km): 19
  • Autonomie (km): 200
  • Prix (€): 34.490


Les Plus

  • Design original
  • Matériaux inédits de l'habitacle
  • Rapport prix/équipement
  • Cohérence de la démarche


Les Moins

  • Portières arrière peu pratiques
  • Habitabilité arrière
  • Aspect psychologique de l'autonomie
  • Emplacement des prises USB
Je partage ce contenu