Baromètre 2020 des vacances Touring: 63 % des Belges ne souhaitent pas annuler un voyage déjà prévu

-  34 % souhaitent aller dans la nature, 31 % veulent explorer une région

- 58 % ont déjà été confrontés à la maladie pendant les vacances

- 82 % souhaitent que les épidémies soient couvertes par l'assurance-assistance voyage  

 

L'enquête annuelle sur les vacances¹ de Touring offre un large aperçu des projets de vacances des Belges. La crise du Coronavirus joue clairement un rôle dans ce que les Belges ont l'intention de faire cette année. Le choix de la destination, le type de moyen de transport et le type de vacances sont différents. Quelque 63 % des voyageurs ne prévoient pas d'annuler leurs vacances déjà prévues alors qu'une destination déterminée reçoit un avis négatif de la part des Affaires étrangères. Ils préfèrent dans ce cas changer la date ou la destination.

Maintenant que les frontières s'ouvrent, 38 % ont l'intention de réserver un voyage à l'étranger et 27 % ont l'intention de réserver un voyage en Belgique.

 

Quel type de vacances, comment s'y rendre et où partir?

Réservé avant la crise: 56 % ont prévu de se rendre à l'étranger et 6 % en Belgique. 38 % des sondés n'avaient pas encore réservé. 48 % ont déjà annulé le voyage. Sur les 52 % restants, 81 % veulent toujours partir, 12 % veulent déplacer la date de leur voyage et 6 % veulent toujours annuler. Les destinations les plus populaires étaient la France (34 %), l'Espagne (20 %), l'Italie (14 %), les Pays-Bas et l'Allemagne (9 %). Le transport se faisait principalement en avion et en voiture.

Pas encore réservé: 38 % ont l'intention de voyager à l'étranger (35 % aux Pays-Bas, 43 % en France), 27 % veulent voyager en Belgique, dont 11 % dans les Ardennes (14 % de néerlandophones, 9 % de francophones), 9 % à la Côte (10 % de néerlandophones, 7 % de francophones) et 7 % ailleurs. 35 % préfèrent rester chez eux (32 % de néerlandophones, 38 % de francophones).

La France reste la destination la plus populaire avec 46 %, suivie des Pays-Bas avec 17 %, de l'Espagne avec 16 %, de l'Italie avec 12 %, de l'Allemagne avec 11 % et du Portugal avec 7 %. Parmi les Flamands, les trois premiers pays de vacances sont la France (36 %), les Pays-Bas (28 %) et l'Allemagne (17 %). Pour les Wallons, il s'agit de la France (56 %), l'Espagne (18 %) et l'Italie (15,6 %).

 

Avant la crise, les vacances à la plage et au soleil attiraient encore 33 % des Belges, tandis que les séjours dans la nature, la découverte de régions et les citytrips atteignaient respectivement 22 %, 22 % et 21,4 %. Après le Covid, les Belges craignent les restrictions annoncées sur la plage, dans la restauration et autres. Les vacances à la plage et au soleil chutent donc maintenant à 25 % et les citytrips à 19 %, tandis que les vacances dans la nature augmentent à 33 % et la découverte de régions à 31 %. 

On constate également que 20 % des sondés vont visiter leur famille à l'étranger.  

Environ 6 Belges sur 10 partiront en vacances en voiture, contre 42 % en avion. Avant la crise, ces chiffres étaient respectivement de 56 % et 57 %.      

Une grande majorité de 96% des sondés reste à l'intérieur de l'Europe.

 

Inquiétudes

Les vacanciers sont particulièrement inquiets à l'idée de tomber malade (37 %), d'être infectés par le Coronavirus (35 %) et par le risque d'être mis en quarantaine (34 %). Le risque d'accident (28 %) ou de mauvais temps (26 %) crée un peu moins d'angoisses. 

On constate que 58 % des sondés ont déjà été confrontés à une maladie pendant leurs vacances et 15 % à un accident. 19 % ont déjà dû annuler ou interrompre au voyage et près de 20 % d'entre eux ont eu besoin de l'intervention de l'assistance voyage. Un quart des voyageurs ont déjà eu une panne de véhicule et 19 % ont déjà été cambriolés une fois. 40 % ont déjà eu des problèmes avec le vol de leur avion. 

 

Sommes-nous bien protégés?

8 Belges sur 10 vérifient les documents nécessaires avant de partir en vacances et 65 % affirment être bien informés sur les services de leur assistance voyage. 

36 % des Belges qui voyagent bénéficient d'une assistance médicale ou d'une assistance dépannage. 82 % considèrent que les épidémies telles que le coronavirus devraient également être couvertes par l'assistance voyage. Et pour 84 %, cela devrait être inclus dans l'assurance annulation. La moitié d'entre eux sont même prêts à payer plus cher pour cela.

69 % des Belges sont intéressés par une assurance annulation, soit 15 % de plus qu'en 2019, 74 % par l'assistance médicale (+ 12 %) et 65 % par l'assistance routière (+ 5 %). L'assurance bagages peut atteindre 48 % (+ 10 %).

Touring conseille aux vacanciers de toujours se protéger. "Cette enquête montre clairement que les voyageurs sont confrontés à de nombreux problèmes pendant leurs vacances."   Par conséquent, pour tous les pays pour lesquels il n'y a plus de conseils de voyage négatifs (pays d'origine et de destination), Touring considérera une épidémie telle que le Covid-19 comme une maladie normale et l'assistance médicale continuera à s'appliquer. La couverture normale s'applique également à l'assurance annulation, tant que le ministère des Affaires étrangères ne donne pas de conseils de voyage négatifs. Dans les deux cas (assistance et annulation), il ne peut exister en Belgique de lockdown interdisant les voyages non essentiels.

-fin du communiqué de presse-

 

¹Enquête menée par le bureau d'étude Indiville pour Touring auprès de 4 300 Belges: 50/50 hommes/femmes, 65 % en Flandre, 10 % à Bruxelles, 25 % en Wallonie.

 

À propos de Touring

Créée en 1895 par un groupe de cyclistes amateurs, Touring est désormais la plus grande organisation de mobilité en Belgique, défendant la liberté absolue de chaque individu de se déplacer de la manière et avec les moyens de son choix. Touring fait partie de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), la plus grande organisation mondiale pour la mobilité. La FIA est un conseiller officiel de la Commission Européenne et des Nations Unies.

Assistance

En tant que première organisation en Belgique pour l’assistance dépannage (1948) et l’assistance voyage (1958) sur le territoire belge comme à l'étranger, Touring est l'un des acteurs les plus expérimentés sur le marché. Au fil des ans, Touring a renforcé sa position et s'est transformée en organisation d'envergure comptant plus de 2.800.000 membres/usagers de la route et 450 000 familles affiliés chez Touring pour leur assistance voyage. Autant de clients qui peuvent compter 24h/24, 7j/7 sur une assistance médicale, technique et de personnes et des conseils spécialisés en matière de mobilité générale.

Chaque année, la centrale d’alarme "Étranger" de Touring reçoit en moyenne 145 000 appels de Belges en détresse à l’étranger et assure 35 000 interventions médicales ou techniques. La centrale d'alarme nationale traite tous les ans plus de 680 000 appels pour dépanner des automobilistes, motocyclistes et cyclistes en notre pays. En Belgique, Touring compte environ 200 véhicules sur les routes pour l'assistance et le dépannage.

En tant que membre d’ARC Europe (crée en 1991 par les 8 sociétés européennes  de mobilité les plus grandes- dont Touring en Belgique-), Touring peut faire appel à un réseau important de prestataires à travers le monde. Via ce réseau international, Touring dispose de 12 000 voitures de dépannage, plus de 70 hélicoptères et 8 avions ambulance.

Je partage ce contenu