Image
D'accord, le DFSK Glory n'est pas encore le Huawei du SUV familial. Mais il n'est pas non plus à ignorer. Soyez curieux, et vous serez peut-être surpris.


Ce n'est pas tous les jours que nous vous présentons une marque que vous ne connaissez pas. La marque DFSK a discrètement débarqué chez nous en pleine pandémie, avec un SUV familial plutôt convaincant, et bien décidé à réduire votre facture carburant.



DFSK
Un look ultra conventionnel mais qui ne choquera personne.


DFSK Glory, en résumé

C’est l'une des marques chinoises importées en Belgique depuis novembre dernier par OneAutomotive, entreprise familiale anversoise spécialisée dans la distribution automobile depuis 45 ans. Premier modèle de la découverte, le Glory est un SUV familial 7 places à l'allure discrète, aux performances et au comportement dans la moyenne, mais au confort plutôt soigné. L'équipement est généreux dès la version de base, proposée à un prix très concurrentiel. Et si son seul vrai défaut est une mécanique un peu gourmande, l'importateur a la parade: il propose l'installation d'un système LPG ou CNG, qui réduit sensiblement la facture… et les émissions.


DFSK, le segment

Sans peur et sans reproche, le DFSK Glory arrive dans ce qui est probablement le segment le plus disputé du moment. Face à lui, que des cadors! Du Peugeot 5008 au Toyota Rav4, en passant par les VW Tiguan Allspace, Skoda Kodiaq, Hyundai Santa Fe, Kia Sorento et on en passe, le modèle chinois a intérêt à avoir de bons arguments pour affronter des noms aussi bien installés sur la shopping-list du public. Et à vrai dire, il a des arguments. Le premier étant évidemment le prix. Nous y reviendrons. Il a aussi pour lui ses 7 places, qui sont en général l'apanage de véhicules plus encombrants. Finalement, son handicap majeur face à la concurrence est le réseau de concessionnaires encore embryonnaire (actuellement 12 en Belgique), et son manque de notoriété.


Ce qui change

Ce qui change avec le DFSK Glory, c'est notre perception de "la voiture chinoise". On a tous en mémoire qu'il y a quelques années, un célèbre "supermarché de l'automobile" avait tenté la commercialisation d'une autre marque chinoise, avant de rétropédaler dans l'urgence quand il s'est avéré que les voitures échouaient lamentablement aux crash-tests. Résultat: nous voyons les voitures chinoises comme de la camelote de dernier ordre, même pas dignes des bonnes vieilles Lada de nos souvenirs.

Croyez-nous, le SUV que nous avons essayé n'entre absolument pas dans cette catégorie. Il offre une vraie impression de robustesse, et dispose des aides à la conduite usuelles. Tout le monde apprend de ses erreurs, et les Chinois apprennent vite. Très vite. On l'a d'ailleurs récemment déjà compris, avec les très recommandables modèles MG qui ont fait leur retour chez nous.


DFSK Glory, le design

Voilà peut-être un domaine dans lequel les Chinois ont encore beaucoup à apprendre. Nous ne dirons pas qu'ils doivent apprendre à dessiner des voitures, car après tout, tous les goûts sont dans la nature et on peut imaginer que leur design répond aux attentes locales. En revanche, ils doivent manifestement encore apprendre de quoi sont faits les goûts européens. Le Glory n'est pas moche, tant s'en faut. Et ses proportions sont plutôt harmonieuses. C'est juste que l'ensemble manque un peu de caractère, que le design est un peu générique. Et sous certains angles, on a une impression de déjà-vu. On est donc à la limite d'un autre cliché, celui de la copie chinoise.

Un intérieur plutôt bigarré.

À l'intérieur

Ce cliché est encore plus titillé dans l'habitacle, car les plus fins observateurs retrouveront des éléments bel et bien déjà vus. Une commande de toit ouvrant VW, des commandes de climatisation Mercedes, ou encore un peu de Mazda ci et là. Mais attention, ce n'est pas de la copie éhontée. Le fait est que pour s'installer en Chine, tout constructeur européen ou autre doit s'associer à un constructeur local. Il en résulte forcément de la rationalisation, donc du partage de pièces. Voilà tout.

Et que cela ne fasse pas oublier les atouts de cet habitacle. À commencer par sa très honnête qualité de finition et l'élégante sobriété de la présentation. On dispose aussi de 5 places douillettes, et d'un coffre d'à peu près 500 litres. Sauf bien sûr si on utilise les places 6 et 7, qui ne sont pas que symboliques. Bref, autant l'extérieur est ordinaire, autant l'intérieur est cossu, agréable, voire flatteur. Et ça plus qu'autre chose, ça soigne l'image chinoise. Beau boulot!

DFSK
Une qualité de finition tout à fait honnête compte tenu du prix.


DFSK, les équipements

Là, le cliché a du bon. Car en matière d'équipement, les Chinois ont la réputation d'en offrir beaucoup à moindre coût. Du système multimédia à écran tactile 10 pouces aux caméras 360°, de l'intérieur en très bon "faux cuir" aux sièges électriques, de la clim automatique au cruise control, sans oublier les 7 places et la boîte auto, le Glory est fort bien doté, en série. Une deuxième finition est proposée, qui ajoute quelques menus détails et le toit ouvrant panoramique. Pas d'options donc, si ce n'est celle, vivement recommandée, de l'option LPG ou CNG, facturée quelque 3.500 euros en sus.

DFSK


Sous le capot

Le DFSK Glory est emmené par un 4 cylindres essence turbo de 1.5 litres, qui revendique 145 ch et 210 Nm. Tout cela est envoyé aux roues avant via une boîte auto CVT. Pas nos boîtes autos préférées, mais nous en avons eu en main de bien plus désagréables que celle-ci. Comme nous le disions, les options LPG ou CNG sont vivement recommandées, pour deux raisons. Primo, les émissions de CO2. En essence, le DFSK Glory est homologué à 222 g/km. Avec une installation au gaz, le chiffre officiel passe à 198 g/km. Fiscalement, ça compte… L'autre raison concerne la conso et pour cela, voyez plus loin.

DFSK
Du volume pour ce SUV aux dimensions compactes.


Sur la route

Disons-le tout de suite: côté performances, il ne faudra pas être exigeant. Car d'une part, le moteur n'est pas exactement taillé pour envoyer du bois et essorer le compte-tours. Et d'autre part, on sait que les boîtes CVT ne sont pas les meilleures pour transmettre la puissance, leur raison d'être étant plutôt le confort. Et de fait, le Glory est un sage véhicule qui, si on le conduit en bon père de famille, affiche un confort dans la bonne norme européenne. L'amortissement est bien calibré, l'insonorisation est à la hauteur… Voici une agréable machine à tailler la route en famille. Enfin, on soulignera que la tenue de route est efficace et sécurisante.


Consommation

L'importateur annonce une conso moyenne de 8,1 l/100 km. Mais dans la réalité, on est plutôt au-delà des 9 litres, même en restant très calme sur un parcours pourtant peu exigeant. Bref, le DFSK a plutôt soif. Comme nous le disions plus haut, ça vaut la peine d'investir dans une installation LPG ou CNG, qui permettra de faire le plein pour quelques centimes par litre, plutôt qu'à 1,7 euro. Et soit dit en passant, ça peut aussi être agréable pour les vacances, puisqu'entre essence et gaz, le Glory cumule plus de 1.000 km d'autonomie.


Budget

Nous y voilà… Alors à votre avis, combien pour tout ce que vous venez de lire? Accrochez-vous: 23.990 euros, c'est le prix de base (mais déjà presque tout équipé) du DFSK Glory essence. Comptez 27.680 euros pour une version CNG. Prix qui inclut 5 ans de garantie d'usine totale, sans limitation de kilomètres, et 5 ans d'assistance. Avouez que c'est impressionnant, et que ça donne presque envie de trouver un concessionnaire. Restent les taxes qui feront obstacle, en tout cas en Flandre où le CO2 compte pour beaucoup dans le calcul. Bref, presque 4.000 euros pour la mise en circulation pour la version essence et 2.000 en LPG. En Wallonie par contre où seule la puissance compte, c'est vraiment plus raisonnable. Vous avez dit bizarre!?


Conclusion

Aujourd'hui, nous n'avons plus le moindre a priori contre les smartphones chinois, qui sont effectivement aussi performants que les autres, voire plus sur certains points, mais pour sensiblement moins cher. D'accord, le DFSK Glory n'est pas encore le Huawei du SUV familial. Mais il n'est pas non plus à ignorer. Soyez curieux, et peut-être coche-t-il toutes les bonnes cases pour vous.


Fiche technique DFSK Glory 580

  • Moteur: 4 cylindres essence, turbo, 1.499 cm3 ; 145 ch - 210 Nm.
  • Transmission: aux roues avant
  • Boîte: auto CVT
  • L/l/h (mm): 4.680/1.845/1.715
  • Poids à vide (kg): 1.585
  • Volume du coffre (l): N.C.
  • Réservoir (l): 60
  • 0 à 100 km/h (sec.): N.C.
  • Vitesse maxi (km/h): 190
  • Conso mixte (l/100 km): 8,1
  • CO2 (g/km): 222 (LPG/CNG : 198)
  • Prix (€): 23.990
  • TMC- Taxe circulation (Wal/Bxl/€): 495-245,39
  • TMC- Taxe circulation (Flandre/€): 3.932,41-262,32 (essence)

Les Plus

  • Habitacle spacieux et qualitatif
  • Agrément, confort général
  • Prix full option attractif
  • Garantie totale de 5 ans, sans limitation de km

Les Moins

  • Performances sages
  • Détails de raffinement (système multimédia)
  • Conso élevée
  • TMC en Flandre (CO2 élevé)