Image
Tokyo

Tokyo est impossible à résumer en quelques lignes. La capitale japonaise diffère à bien des égards d'une métropole classique. Voici quelques conseils pour déchiffrer cette destination fascinante.

Prévoyez au moins cinq jours pour faire connaissance avec cette ville surprenante. Faites des recherches à l’avance et choisissez les quartiers et les sites que vous ne voulez pas rater. Le site www.gotokyo.org est un bon point de départ, mais ne faites pas l’impasse sur l'achat d’un bon guide de voyage pour vous informer sur la ville. Pour votre choix d’hôtel, privilégiez le centre, mais gardez à l’esprit que Tokyo compte plus de 13 millions d’habitants (plus de 32 millions en comptant l’agglomération) et se divise en 23 arrondissements qui ont chacun leur centre et leurs districts. En tout, la ville compte plus de mille quartiers. Si c’est votre première visite à Tokyo, cherchez un hôtel dans l’un de ces cinq arrondissements et quartiers trépidants: Akihabara, Ginza, Shinjuku, Ikebukuro et Shibuya.

Les néons d'Akihabara

Cet arrondissement est célèbre pour ses innombrables enseignes d’électronique tape-à-l’œil et ses magasins illuminés dédiés à l’univers manga (bande dessinée japonaise) et anime (manga en film d’animation). Les férus d’électronique ne manqueront pas Yodobashi Camera, Yamada Denki ou Laox. Si vous êtes plutôt nostalgique des anciens jeux vidéo, allez jeter un œil chez Super Potato pour trouver une cartouche pour votre vieille console Atari. Ceux qui veulent acheter des figurines manga, anime ou hollywoodiennes ne sauront plus où donner de la tête. Pensez donc bien à laisser de l’espace libre dans vos valises en prévision.

Ginza: la 5e Avenue en plus faste

Ginza est le quartier le plus cher de Tokyo, comparable à Manhattan pour New York. Mais rassurez-vous, le touriste moyen peut aujourd’hui tout à fait s'y plaire. D’autant qu’il ne coûte rien de faire du lèche-vitrines. Si vous voulez voir une version combinée et amplifiée des Champs-Elysées et de la 5e Avenue de New-York, faites un tour dans la rue Chuo Dori (et les ruelles adjacentes). Les après-midi de week-end, la rue est interdite à la circulation. A savoir: sous les ponts de la gare Yurakucho se trouvent des dizaines de petits bars et restaurants bien agréables pour se fondre dans la population locale. Ceux qui veulent assister à une représentation de théâtre kabuki trouveront à Ginza le très renommé théâtre Kabukiza. Il est tout à fait permis de n’assister qu’à une partie du spectacle. En achetant votre billet sur place, il vous en coûtera quelque 2.000 yens, soit environ 15 euros.

La Mecque des gratte-ciel: Shinjuku

Les plus hauts gratte-ciel de Tokyo sont regroupés à Shunjuku. Abstraction faite des caractères japonais sur les murs luminescents, cette partie de Tokyo n'est pas sans rappeler New-York, à ceci près que les rues sont propres et qu’on n’y croise pas de mendiants. Pour aller à la découverte de ce quartier, commencez à la gare de Shinjuku, qui est soit dit en passant la gare ferroviaire la plus fréquentée au monde. Elle voit passer 2 millions de voyageurs par jour. Vous n’avez qu’à traverser la rue pour vous retrouver à Kabukicho, le plus grand "quartier rouge" du Japon. Ici, la plupart des bars ouvrent vers 20 h et ferment au petit matin. Il en va de même pour la plupart des restaurants, dont certains ouvrent même 24h/24. Sachez tout de même que tous les établissements de Kabukicho ne sont pas tenus par des Japonais, et que les exploitants non-Japonais ont souvent un peu moins de manières que la population locale. Soyez donc sur vos gardes.

A Shinjuku, ne manquez sous aucun prétexte les minuscules bars de Golden Gai. Ils ne peuvent accueillir que 4 à 6 clients et sont la plupart du temps remplis d’habitués. Mais les visiteurs étrangers y sont tout à fait bienvenus, comme en témoignent çà et là les petits écriteaux en anglais (approximatif). Juste à côté de la gare, vous trouverez un tableau similaire à Omoide Yokocho, où une multitude de tout petits restaurants servent des ramen, soba, sushi et autres yakitori.

Ikebukuro: gadgets et parcs d’attractions

Ikebukuro ressemble à Akihabara à plus d’un titre, mais en plus compact et moins confus. Si vous ne voulez pas vous perdre et que l’électronique et les gadgets ne vous transportent pas plus que cela, ce quartier est certainement un meilleur choix. Les grands magasins et les grandes chaînes y sont tous alignés en rang d’oignons, et on y trouve deux parcs d’attractions couverts: Namja Town et J-World Tokyo. Ils appartiennent tous deux à Namco, un grand nom de l’industrie du jeu vidéo (pour la génération des moins jeunes: Pac-Man est une création de Namco), et sont basés sur les personnages et les histoires de mangas populaires. Dans ce quartier, on tombe régulièrement nez-à-nez avec des filles et des garçons habillés comme des personnages de mangas.

Shibuya: le paradis des accros de la mode et des gastronomes

Juste après avoir traversé l’emblématique carrefour bondé de Shibuya, vous atterrissez dans le quartier le plus bruyant et le plus vivant de la ville. C’est ici que la jeunesse tokyoïte se retrouve pour faire les magasins, boire un verre et dîner. Les rues qu’il vous faut au moins parcourir sont Center Gai, Koen Dori, Supeinzaka et Love Hotel Hill. A Love Hotel Hill se trouvent ce qu’on appelle les "love hotels", des établissements où l’on peut se "reposer" quelques heures pour quelques milliers de yens. Mais les touristes seront certainement plus attirés par les nombreux grands magasins, les bars attrayants et l’immense diversité gastronomique. Ici, on comprend vite que la cuisine japonaise ne se résume pas aux ramen, aux sushi, au poisson cru et au teppanyaki. Ici aussi, vous constaterez que Tokyo n’est pas du tout aussi chère qu’on le prétend souvent.

D’autres districts qui valent vraiment la peine

Tokyo compte plus de mille quartiers, donc vous ne risquez pas de vous ennuyer. Si les cinq arrondissements ci-dessus ne vous font pas assez rêver, renseignez-vous sur les cinq districts et quartiers suivants:

  • Omotesando: les Champs-Elysées en plus imposant.
  • Odaiba: une île artificielle avec vue fantastique sur les gratte-ciel de Tokyo.
  • Harajuku: la mode urbaine japonaise, parfois absurde mais toujours amusante.
  • Shimokitazawa: les hipsters japonais existent et c’est ici qu’ils se retrouvent.
  • Sugamo: un quartier où le temps s’est arrêté dans les années soixante.

COMMENT ALLER A TOKYO?

Après une longue période d’absence, les vols directs entre Bruxelles et Tokyo sont de retour avec la compagnie aérienne ANA. Sachez cependant que les vols directs sont généralement un peu plus chers que les voyages avec escale. Les compagnies KLM (via Amsterdam) et SAS (via Copenhague) sont de bonnes alternatives en termes de temps de trajet total. Pour plus d’informations, consultez:

www.ana.co.jp
www.klm.com
www.flysas.com

SITES UTILES

Pour un voyage à Tokyo, vous voudrez certainement rassembler plus d’informations que pour un voyage en Europe. Sur Internet, vous trouverez principalement des sites japonais. Acheter un guide de voyage en français est donc une bonne idée. Les sites suivant, en anglais, donnent un aperçu fidèle de ce que vous pouvez attendre de Tokyo.

www.gotokyo.org
www.tcvb.or.jp/en/
www.tokyometro.jp/en/

Je partage ce contenu