Image
KOGA E-WorldTraveller-S
Rouler sur du plat, grimper le long des pentes, ce vélo Koga a plus d'un atout dans son sac. Il sait tout faire. En avant pour l'essai!


Le E-WorldTraveller-S de KOGA est un vélo de voyage que l'on peut configurer à sa guise. KOGA s'en est chargé pour moi, avec la promesse du vélo de trekking parfait. C'est parti pour l'essai!

Vélo Koga Signature: une configuration personnelle

Le constructeur de cycles néerlandais KOGA propose depuis des années d'excellents vélos de voyage comme le WorldTraveller. Le nom de l'engin est éloquent: le cycliste-explorateur Alee Denham a choisi le WorldTraveller pour pédaler de la pointe sud de l'Amérique latine jusqu'à l'extrême nord de l'Amérique du Nord. Vous pouvez suivre Denham sur son blog au fil des étapes.


Le E-WorldTraveller est la version électrique du WorldTraveller. Quant au E-Worldtraveller-S que j'ai testé, il s'agit de la variante Signature. Dans ce dernier cas, le client peut configurer entièrement le véhicule suivant ses choix. Cela commence par la couleur du cadre. Ensuite, pour chaque élément, plusieurs options sont possibles. Si vous sélectionnez des pièces qui ne vont pas ensemble, par exemple des poignées incompatibles avec le guidon choisi, un avertissement apparaît. Les erreurs sont donc exclues. Vous n'êtes pas sûr de votre affaire? Qu'à cela ne tienne: il suffit de partir d'une configuration de base du E-WorldTraveller-S.


Le vélo de votre choix est assemblé à la main par un technicien de l'usine KOGA (Pays-Bas). Il est même possible d'apposer votre nom ou votre signature sur la bicyclette. Pour les besoins de ce test, c'est KOGA qui a composé le vélo.


Voici les principales caractéristiques du KOGA E-WorldTraveller-S testé:

  • Vélo électrique de trekking, 24,4 kg
  • Batterie 500 Wh amovible, autonomie jusqu'à 130 km
  • Moteur central Bosch Performance Gen 3
  • Moyeu à vitesses Rohloff E14
  • Transmission par courroie crantée Gates CDX
  • Prix de la configuration testée: 6.413 euros


Le moteur central Bosch Performance Gen 3 du E-WorldTraveller-S est relié par une courroie sans entretien Gates CDX au moyeu à 14 vitesses Rohloff E14. La batterie de 500 Wh est montée sur le tube inférieur. D'accord, c'est le meilleur endroit pour déposer facilement la batterie, mais cela dénote un peu sur un E-WorldTraveller au demeurant très sobre et sportif. Notre configuration d'essai est particulièrement bien équipée: porte-bagages Tubus à l'avant et arrière, pneus larges Schwalbe Marathon, porte-bidon sur le tube de selle, pompe sous le tube supérieur… Le porte-bagage Tubus supporte 15 kg à l'avant et 40 kg à l'arrière.

KOGA E-WorldTraveller-S - moteur
Le E-WorldTraveller-S est propulsé par un moteur central Bosch Performance Gen.3.


Les vitesses passent bien

Je commence par un premier test de 80 km en terrain plat, sur la voie cycliste rapide qui longe le canal Louvain-Malines avant de suivre la Senne. Le moteur du E-WorldTraveller-S, le changement de vitesse et la courroie de transmission forment un ensemble cohérent. Grâce au moteur central, le centre de gravité est bien placé. L'engin fonctionne en souplesse. Même avec 20 kg dans les fontes arrière, les virages se négocient sans problème. Du côté gauche du guidon, des boutons permettent de choisir le mode d'assistance (Eco, Tour, Sport, Turbo). L'ordinateur de bord Bosch Kiox affiche notamment la vitesse, le rayon d'action, la distance et la durée journalières, la vitesse moyenne et maximale, ainsi que la distance totale parcourue et les calories dépensées.

KOGA E-WorldTraveller-S - moteur
Après 136 km en terrain varié, il me reste selon l'ordinateur de bord 15 km d'autonomie.


Le passage des rapports se fait de manière électronique avec les boutons de droite. Une bonne idée: quand vous changez de vitesse, le moteur s'arrête un instant pour éviter de surcharger le dispositif. Et lorsque le vélo est à l'arrêt, la sixième vitesse est automatiquement réengagée pour faciliter le redémarrage. L'inconvénient, c'est que cela se produit aussi quand vous vous arrêtez presque entièrement mais pas tout à fait, par exemple pour aborder un tournant à 180 degrés sur une pente étroite. Après 80 km, il reste encore 46 % de charge. Une bonne raison pour choisir un deuxième parcours d'essai moins facile.


Vélo Koga: Descente sans risques

Pour savoir jusqu'où je peux aller avec une batterie entièrement chargée, je me lance au guidon du E-WorldTraveller-S sur le trajet de Louvain à Namur et retour. Je trace un itinéraire varié dont la longueur atteint 125 km sur papier (ou plutôt sur l'écran de l'ordinateur). J'ai l'intention de franchir tous les tronçons plats entre 20 et 25 km/h avec assistance en mode Eco. Je ferai aussi toutes les descentes en mode Eco dans la mesure du possible. J'emporte un minimum de bagages: une fonte avec pique-nique et boissons, et une veste imperméable.

KOGA E-WorldTraveller-S - équipements
Le E-WorldTraveller-S sur l'EuroVelo 5. L'équipement est complet: porte-bagages à l'avant et à l'arrière, porte-bidon et même une petite pompe.


À partir de Bierbeek, je passe par une partie tranquille de la véloroute VR6, à travers champs. À Hoegaarden, je rejoins le RaVEL 142 en direction de Namur. Mon planificateur d'itinéraire a choisi le chemin le plus court. Celui-ci comporte une descente raide sur un chemin creux en pavés. Un bon test en perspective pour la stabilité du E-WorldTraveller-S et pour la fiabilité de ses freins à disque Shimano XT. Le double test est passé avec brio. J'arrive au bas de la pente sans encombres.


Sur le RaVEL, le plaisir est complet. La large véloroute suit l'ancienne ligne de chemin de fer entre Tirlemont et Namur, ce qui explique un dénivelé modeste. En 30 km, vous grimperez de 50 à 200 m au-dessus du niveau de la mer. Sur ce type de faux plat, le E-WorldTraveller exprime toutes ses qualités. Suivent 8 km de descente agréable vers la vallée de la Meuse, l'occasion de reposer le moteur et mes cuisses. C'est vers midi que j'arrive au Grognon de Namur, au confluent de la Sambre et de la Meuse. Le compteur affiche 63 km, et la batterie est encore chargée à 70%. Le parcours relativement plat m'a permis de rouler en consommant très peu.

KOGA E-WorldTraveller-S-Ravel
Sur un tracé comme le RaVEL 142, le E-WorldTraveller-S est dans son élément.


Pèlerinage

J'entame le retour en montant jusqu'à Daussoulx via le RaVEL 142. Là, je prends à gauche vers l'EuroVelo5. Cette route cycliste au long cours suit le tracé de la Via Romea Francigena, qu'empruntaient autrefois les pèlerins entre Canterbury et Rome. De Namur à Wavre, je pédale sur des chemins champêtres, avec pour seul fond sonore le souffle du moteur et le cri des rapaces en chasse. Le relief est beaucoup plus varié que celui du RaVEL. Montées et descentes douces se succèdent. Et lorsque le RaVEL suit une ligne droite, il m'arrive souvent de freiner pour prendre un chemin transversal avant de relancer. Cela a naturellement pour effet de solliciter davantage l'assistance du E-WorldTraveller-S. Sur une longue descente droite, j'enclenche le plus haut rapport et j'appuie vigoureusement sur les pédales pour atteindre une vitesse maximale de 45 km/h. Après un petit détour par le centre géographique de la Belgique à Nil-Saint-Vincent, village de la commune de Walhain, j'arrive à Wavre avec 40 % de charge résiduelle.


Ondulations

Reste la partie la plus exigeante du parcours. D'abord le mur de Wavre, 500 mètres d'ascension avec une pente moyenne de 10 %. J'active pour la première fois l'assistance Sport, de quoi arriver au sommet sans essoufflement. Ensuite, cap sur Huldenberg, où je rejoins la véloroute VR6 à destination de Louvain. Sur une route VR, on ne sait jamais à l'avance à quoi s'attendre. Ici, l'asphalte alterne avec les chemins et le gravier. Ce n'est pas le terrain rêvé pour mon vélo, mais le E-WorldTraveller-S ne bronche pas.

KOGA E-WorldTraveller-S - ondulations
Un tronçon de la VR6 sans revêtement: aucun problème pour les pneus larges Schwalbe Marathon Almotion.


À Neerijse, je quitte la VR6 pour l'ancienne chaussée de Nivelles. Vient une succession de petites montées que j'avale en mode Eco. Ce type de conditions sollicite beaucoup le moteur. L'autonomie résiduelle chute rapidement. Enfin, j'arrive à Louvain après une randonnée de 136 km. Il reste 15 km de rayon d'action dans la batterie. La vitesse moyenne de la journée se situe à 21,5 km et j'ai franchi 990 mètres de dénivelé. Tout compte fait, la capacité de ce vélo est plutôt impressionnante.

Conclusion

Le KOGA E-WorldTraveller-S est un vélo de voyage très confortable. Particulièrement à l'aise sur une chaussée de bonne qualité, il ne recule en rien devant quelques pavés ou un chemin sans asphalte. Le rayon d'action dépend naturellement de la charge, du terrain et du degré d'assistance au pédalage. Vous avez toutes les chances de parcourir 100 à 130 km, une belle distance journalière moyenne pour des vacances à vélo. Vous souhaitez en faire plus? Grimper des cols? Procurez-vous une batterie de rechange.


La configuration que j'ai testée se situe dans la tranche de prix supérieure. Difficile de comparer avec un vélo standard en raison des nombreuses options. En tout état de cause, vous en aurez pour votre argent.

Prix E-WorldTraveller-Signature: à partir de 4.420 euros, configuration testée: 6.413 euros.

Plus d’infos sur vélo

Je partage ce contenu