Image
vol annulé

Rater son avion est l’un des pires cauchemars du vacancier! Quels sont vos droits? Mais aussi quelles sont vos devoirs dans ce cas? Voici ce que vous devez savoir et pouvez ou devez faire si vous avez manqué votre vol.

Quelle galère de rater votre avion (et le mot est faible)! Non seulement vos vacances commencent en mode mineur, mais une montagne de tracas et de stress vous attend parce que votre planning a pris du plomb dans l’aile. Sans compter que le vol de retour peut aussi s’avérer problématique. Nous avons imaginé cinq scénarios et indiqué ce que vous devez faire ou ce à quoi vous pouvez vous attendre dans ces situations.

1. C’est de votre faute

Embouteillage, pas entendu votre réveil, grève sauvage des transports en commun… cela peut arriver à tout le monde. Mais, à l’aéroport, on vous fera quand même remarquer sans état d’âme que vous devez être à temps quoi qu’il arrive. Eh oui, vous devez savoir qu’à certains moments – pendant les périodes de vacances par exemple – il peut y avoir foule aux comptoirs d’enregistrement.

Veillez dès lors à vous ménager une marge de manœuvre et à prévoir un éventuel plan B. Comme demander à un ami ou un membre de votre famille d’être en stand-by en cas de problème ou réserver un hôtel à deux pas de l’aéroport parce que votre vol décolle très tôt (et qu’il n’y a donc pas de transports en commun).

Vous avez peur que votre réveil ne sonne pas? Prévoyez-en deux et téléphonez-vous si la ou les personnes qui partent en voyage avec vous n’habitent pas sous le même toit que vous. Lisez aussi attentivement vos documents de voyage car une "erreur de lecture" ne vous sera d’aucune aide à l’aéroport. Dans tous ces cas, vous serez toujours obligé(e) d’acheter un nouveau billet, qui sera aussi plus cher! Démarrez vos vacances en toute tranquillité et arrivez à l’aéroport largement à l’avance afin de pouvoir faire face à tout problème sur la route ou sur place.

2. Ce n’est pas de votre faute

Soyez un homme/une femme avisé(e): souscrivez une assurance annulation. Comme les vacances se réservent souvent longtemps à l’avance, vous n’êtes pas à l’abri d’un imprévu. Une maladie grave, le décès d’un proche, une seconde session, un licenciement, un nouvel emploi, de gros dégâts matériels à votre habitation… Vous pouvez heureusement vous couvrir contre ces tuiles.

3. Vous avez raté la correspondance

Cela peut aussi arriver et il s’agit généralement d’une chose que vous ne maîtrisez pas. Si vous avez raté votre correspondance parce que votre vol avait du retard, la compagnie aérienne doit vous proposer une solution. Présentez-vous au comptoir d’information de la compagnie en question.

Attention: si vous avez réservé des vols séparés auprès de différentes compagnies aériennes, sachez qu’elles n’assumeront aucune responsabilité.

Par contre, si vous avez fait une réservation unique, sachez qu’au sein de l’Europe vous avez droit à un éventuel dédommagement. Les compensations peuvent s’élever jusqu’à 600 euros par passager, mais entrer en possession de cet argent n’est malheureusement pas facile. Heureusement, nous pouvons aussi vous assurer dans ce cas. Par exemple avec la formule Touring Fly Zen qui fait partie de notre assurance annulation No Stop Full.

Attention: si votre vol se compose de plusieurs escales – un atterrissage intermédiaire à Paris par exemple – ne vous précipitez pas à Paris (en train, auto, taxi…) pour y prendre l’avion là-bas. Car si vous ratez votre première escale, les suivantes sont automatiquement annulées. Et cela s’applique aussi au vol de retour. Donc, si vous ralliez votre destination via un moyen de transport alternatif – en train par exemple –, ayez bien en tête que le vol de retour a été annulé et que vous devez dès lors réserver un nouveau billet d’avion.

4. Le tour-opérateur s’est trompé

Votre agence de voyages a commis une erreur? Elle a transmis des informations de vol erronées par exemple? Il est évident que vous n’en êtes pas responsable. Contactez immédiatement votre agence de voyages ou votre tour-opérateur. Il est souvent possible de le faire sur place à l’aéroport.

5. Le vol est annulé

Vous êtes bien à temps, vous vous trouvez devant la bonne porte, prêt(e) à embarquer, et vous entendez les haut-parleurs annoncer que votre vol est annulé!

Bonne nouvelle, c’est à la compagnie aérienne de vous trouver une solution. Mauvaise nouvelle, pas en cas de force majeure. Et cette "force majeure" n’est pas toujours évidente. Une tempête? Un tremblement de terre à destination? Un acte de terrorisme? Oui, c’est de la force majeure.

Mais la grève est-elle un cas de force majeure? De nombreux facteurs entrent en compte. Sachez toutefois qu’en tant que consommateur vous ne faites pas le poids face aux grandes compagnies aériennes. Et n’oubliez pas non plus que certaines compagnies aériennes, comme Ryanair, considèrent aussi les grèves menées par leur propre personnel comme des cas de "force majeure". Les juristes ne sont pas de cet avis et travaillent à une solution.

La solution la plus simple est d’ailleurs la plus évidente: souscrivez une assurance annulation. Son coût est ridicule face aux efforts que vous devrez fournir en cas de problème. De plus, en tant que consommateur, il est quasi impossible de s’attaquer à la bureaucratie des grandes compagnies (d’aviation).

Je partage ce contenu