Image
Château de la Loire
23 avril 2015
La Vallée de la Loire, superbe région de France où une nature magnifique côtoie le faste des châteaux des rois de France. A (re)découvrir absolument, y compris avec les enfants!

À Tours, la ville de saint Martin et l'un des plus importants lieux de pèlerinage du Moyen Âge, l'hospitalité est un art de vivre. Claire, notre guide, nous conduit directement "Chez Hardouin", une maison de confiance où les places sont prises d'assaut le midi. Sur la table, la baguette croustillante côtoie les spécialités locales: travers de porc, rillons, rillettes et boudin noir. Les plus audacieux pourront goûter aux fameuses andouillettes. "La cuisine de Tours est une cuisine du terroir", explique Claire. Les légionnaires et les pèlerins d'autrefois ont fait place aux étudiants et aux touristes, qui profitent d'un verre en terrasse au pied des maisons à colombages de la Place Plumereau. Il serait tentant de les rejoindre, mais nous mettons le cap sur la campagne.

Bâtisseurs de châteaux souterrains

Dans le hameau oublié des Goupillères, à une petite demi-heure de route du centre-ville, Louis-Marie Chardon nous reçoit dans sa Vallée Troglodytique et nous emmène dans son charmant verger. "Lorsque j'étais enfant, j'ai trouvé ici, dans un bois touffu en bordure des pommeraies de mon père, quelques grottes souterraines. Ce monde inconnu m'a intrigué. C'est seulement après avoir hérité des vergers que j'y ai découvert neuf puits et autant de cheminées et de fours". La préservation de ces trois grottes, hommage public aux paysans qui extrayaient la pierre de tuffeau, est une véritable mission. "Tout le monde connaît les châteaux de la Loire, mais qui sait encore d'où vient la pierre?", demande Louis-Marie. "Les paysans pauvres taillaient les blocs dans la falaise de craie. Jusqu'il y a cent ans, ils vivaient sous terre, pendant que les rois et les nobles construisaient d'innombrables châteaux." Ce n'est qu'au début du 20e siècle qu'ils ont abandonné leurs grottes, utilisées depuis pour cultiver les champignons ou conserver le vin. Dans la fraîcheur de la grotte, nous buvons un délicieux verre de jus de pomme à la santé des bâtisseurs.

Azay-le-Rideau

Sachant d'où viennent les blocs de tuffeau, nous n'en apprécions que davantage les monuments. À un jet de pierre des carrières attenant aux maisons troglodytes se trouve Azay-le-Rideau, un élégant château posé sur une petite île, digne d'une peinture romantique. Les imposantes tours et les hautes toitures se reflètent fièrement dans l'Indre qui fait office de douves. La salamandre, emblème du roi François Ier, l'un des plus importants bâtisseurs de la vallée, trône en bonne place sur la façade.

Chambord

C'est au château d'Amboise, à mi-chemin entre Tours et Blois, que la Renaissance arrive en France. Charles VIII y accueille les premiers artistes italiens. François Ier, âgé d'à peine 14 ans lorsqu'il monte sur le trône, y passe une enfance entourée d'esprits inspirés: le jeune souverain invite même Léonard de Vinci. Le Maître - inhumé dans la chapelle royale - organise les festivités à la cour et s'affranchit en tant que peintre, ingénieur et inventeur de machines de théâtre. Sous son influence, l'architecture royale évolue du gothique flamboyant vers le style Renaissance, Chambord en étant le point d'orgue. Cette immense résidence de chasse compte 440 chambres, 365 tours et 1.036 fenêtres, au cœur d'un domaine presque aussi grand que Paris. L'enceinte autour des 5.500 hectares de la Réserve Nationale de Chasse de Chambord est longue de 32 kilomètres. Pourtant, aucun roi n'a jamais fait de ce château prestigieux sa résidence permanente. Aujourd'hui, Chambord est le château le plus visité en bord de Loire, fort de quelque 800.000 visiteurs par an.

Leonard de Vinci et la France

Le château du Clos Lucé, dans le centre d'Amboise, abrite le parc Leonardo da Vinci, un jardin d'agrément parsemé de jeux, d'objets et de quarante maquettes donnant vie au génie visionnaire du Maître italien. L'exposition permanente "Leonard de Vinci et la France" raconte les dernières années de l'artiste et présente son travail pour le compte du roi de France.

http://www.vinci-closluce.com/fr/

Vie quotidienne

Beaucoup moins de visiteurs se rendent au château de Meung, pourtant le plus grand château de la Loire après Chambord. "Le château aux deux visages", fort médiéval d'un côté et façades de style classique de l'autre, était jusqu'à la Révolution française la demeure des Évêques d'Orléans. De grands noms de l'histoire française y ont séjourné: Charles VII, Louis XI, Jeanne d'Arc ou le poète François Villon, ce dernier emprisonné plusieurs mois dans les sombres cachots. Des années durant, le château a été négligé, jusqu'à son changement de propriétaire il y a quelques années. Pour Élise et Xavier Lelevé, l'authenticité est primordiale. "Les précédentes rénovations approximatives ont été corrigées, et tout a été remis dans son état d'origine", raconte Élise, alors que nous longeons la chapelle où les plafonneurs s'affairent. Une trentaine de pièces meublées donnent un aperçu de la vie quotidienne d'un château, dans les coulisses de la vie d'apparat. La poudrerie, l'herboristerie ou le grenier à linge offrent une variante originale aux feuilles d'or et aux tapisseries des châteaux richement décorés. Les projections vidéos dans les oubliettes et des objets anachroniques abandonnés par Walter le robot rendent cette visite de Meung éducative et accessible aux enfants. Un incontournable!

Jardin des délices

Loin de l'agitation de Paris, les monarques se sentaient plus en sécurité dans leurs forts en bord de Loire. Et pour rester au plus près du pouvoir, chaque noble qui se respecte se devait de construire sa propre résidence dans la vallée des rois. Le visiteur naïf, qui se presse d'un château à l'autre, risque l'overdose. Pour s'en remettre, rien de tel que les jardins en terrasses du château de Villandry. Ce joyau, construit par le ministre des Finances de François Ier, a aussi été laissé à l'abandon des siècles durant. "Il y a environ cent ans, mon arrière-grand-père, un scientifique espagnol, a acheté ce château pour y exposer sa collection d'art religieux", explique Henri Carvallo. "Il a décidé de rendre aux jardins, réaménagés dans l'esprit des parcs à l'anglaise alors prédominant, toute leur gloire – française – originale". Des allées bordées de tilleuls et des haies d'ifs soigneusement taillés dominent le jardin, un remarquable labyrinthe sur trois niveaux. Égarez-vous et régalez-vous du potager géométrique, du jardin d'eau entourant une pièce d'eau rectangulaire, du jardin de plantes aromatiques, des jardins d'amour et du labyrinth.

Tintin à Moulinsart

Tout le monde connaît – au moins de nom -  Cheverny, dont s'est inspiré Hergé pour dessiner Moulinsart: retirez simplement les ailes. Le château, toujours propriété des descendants de son bâtisseur du 17e siècle, est l'un des premiers à avoir ouvert ses portes au public. Prenez votre temps, car le domaine est si vaste que vous pouvez le visiter en petit train et en bateau. Outre les appartements luxueux du château, vous pouvez découvrir une exposition interactive sur Tintin. Ne manquez pas non plus l'impressionnante collection de trophées de chasse, butin des chiens de chasse des chenils qui attirent immanquablement les visiteurs à l'heure du repas. Tout ici témoigne d'un riche passé. Légèrement grisé après une dégustation de Cour-Cheverny, à base du cépage typique Romorantin, nous gravissons l'escalier du capitaine Haddock. "Attention à la quatrième marche, mille sabords!"

En pratique

La Loire, plus de 1.012 kilomètres entre sa source dans le Massif Central et son embouchure à l'ouest de Nantes, est non seulement le plus long fleuve de France, mais aussi le plus sauvage. Des bancs de sable la rendent impraticable à la navigation. La Loire, non canalisée, se fraye majoritairement son chemin elle-même, sinuant le long des roseaux et des rives luxuriantes où arbres et buissons luttent avec le niveau de l'eau toujours changeant.

C'est entre Gien, où le fleuve vire vers l'ouest, et Angers que se trouve la plus grande concentration de châteaux.

Plus d'infos

http://be.rendezvousenfrance.com/fr

ou auprès des services touristiques suivants:

C.D.T. Loiret: www.tourismeloiret.com

C.D.T. Touraine: www.touraineloirevalley.com

O.T. de Tours: www.ligeris.com

C.D.T. Loir-et-Cher: www.coeur-val-de-loire.com

Comment s'y rendre?

En voiture

Tours se trouve à 540 km de Bruxelles, à environ 5 h de route.

En TGV

Le voyage en TGV dure 3 h de Bruxelles à St-Pierre-des-Corps, la gare TGV juste en dehors de Tours. Une navette gratuite vous emmène en quelques minutes à la gare de Tours-Centre.

Plus d'infos sur les horaires et les prix du TGV Bruxelles-France sur www.b-rail.be, rubrique "Europe".

La Loire à vélo

Les 300 kilomètres de pistes cyclables de www.chateauxavelo.com font partie du projet "La Loire à Vélo" qui suit les rives de la Loire sur 800 kilomètres de routes peu fréquentées, de Cuffy à Saint-Brévin-les-Pins sur la côte atlantique. Le parcours est simple, sans dénivelés notables et donc accessible à toute la famille. Sur 280 kilomètres (entre Angers et Sully-sur-Loire), les rives de la Loire, regorgeant de vignobles, de châteaux et de cités historiques, sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco. L'année dernière, le fleuve a vu défiler 800.000 cyclistes. www.loire-a-velo.fr

Je partage ce contenu
2 avril 2020

5 conseils pour une maison saine

Aujourd'hui, nous passons plus de temps à l'intérieur qu'à l'extérieur et cela a des conséquences sur l'air qu'on y respire. Pour rester en bonne santé, veillez à ce que votre maison soit saine. Voici 5 conseils et un conseil en bonus pour vous remonter le moral.